Twilight Lunaison est un forum de rpg qui poursuit l'intrigue de Révélation, chapitre de la saga Twilight de Stephenie Meyer. Pour sa renaissance : une nouvelle intrigue, de nouveaux personnages, rejoignez-nous pour écrire l'histoire...
 

Partagez|

Un réveil délicat pour une journée de révélation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Administratrice aux deux visages (Dc Brittany)


Feat. : Leigthon Meester
Age d'apparence : 20
Age réel : 20
Messages : 533
Date d'inscription : 25/10/2011
Localisation : Seattle
Humeur : Confuse mais amoureuse sans aucun doute
MessageSujet: Un réveil délicat pour une journée de révélation Sam 7 Jan - 20:06

La soirée du 31 était vraiment magnifique, splendide. C’était un vrai rêve éveillé, l’épanouissement au grand jour d’un amour caché. Un amour invisible jusqu'à ce jour, un amour irrésistible et désormais invincible. J’étais comme sur un petit nuage, je flottais dans cet amour de désir, de romantisme et de jeu. Une chose est sur malgré son côté idyllique, c’est amour n’est pas un rêve et il est bien réel.

J’avais rêvé tout la nuit des moments passé durant cette soirée : Le moment ou il était sur le point de partir et avait fait demi tour pour venir glissé ses mains dans mon dos et poser ses lèvres glacé sur les miennes. Notre premier baiser, jamais je ne pourrais l’oublier…ces images repassaient dans ma tête en boucle.
Puis l’instant dans sa salle de bain, ou il à fait preuve d’une délicatesse incroyable en m’enlevant ma robe.
Enfin le moment le plus important à mon avis, c’est bien sur l’instant on se genoux c’est posé à terre, qu’il m’a tendu cette écrin contenant la bague de sa mère, et qu’il à prononcer sa demande en me permettant d’y répondre…

C’est sur cette dernière image que je me réveillai le sourire aux lèvres. Blottis contre son torse, enlacé de ses bras, j’étais entrain de rêver éveillé. Comme pour être sur que la soirée de hier soir était réelle, je regardai ma main, pour vérifier que je portais bien une bague. C’est alors qu’un sourire radieux se posa sur mon visage, je la contemplais, faisant bougé ma main pour apprécier toute les couleurs de la pierre, puis je reposa ma main sur son torse et déposa un baiser dans son cou, puis sur ses lèvres…les douce et froide lèvres de mon fiancé. Je nageais dans un bonheur sans limite…dans les bras de mon homme pour qui je serais prête à n’importe quoi. Je me surpris à avoir une envi soudaine que je ne réfrénai pas, je m’allongea sur lui, glissa une de mes mains dans son cou et l’autre dans ses cheveux tandis que je plaquais mes lèvres contre les siennes. J’afficha un large sourire et lui murmura tendrement :

-Bonjour très cher fiancé, tu as bien dormi mon amour ?

Cela m’amusais de l’appeler fiancé, c’était tellement nouveau, et aussi tellement agréable de savoir que j’allais m’unir à lui pour l’éternité…je ne pouvais rêver mieux, je ne désirais que lui, je ne voulais que lui appartenir tout entière. D’un autre côté j’avais encore un peu du mal à réaliser que j’étais sa fiancée, mais c’était vraiment génial, merveilleux, sublime. Plus je m’imaginais que je lui appartenait plus j’avais envi de lui, et je ne pu pas m’empêcher de l’embrasser de nouveau. Je faisais mes baisers de plus en plus ardant sans prendre mes gardes… je ne serais expliquer pourquoi ce matin j’étais prête à tout, je le désirais tellement et ne voulais que lui. Mon homme, ma vie, mon fiancé, mon âme sœur…lukas Rendès je l’aime, hier, aujourd’hui, demain et à jamais.
Il pourrait prendre mon corps, mon âme, peu m’importe tant que je suis à ses côtés.


***************************

« La distinction entre le vrai et le faux s'applique aux idées, non aux sentiments. Un sentiment peut être superficiel, il ne sera jamais menteur.»
Rp color __ lightpink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Feat. : Gaspard Ulliel
Age d'apparence : 20 ans
Age réel : 173 ans
Messages : 439
Date d'inscription : 19/10/2011
Humeur : Follement amoureux.
MessageSujet: Re: Un réveil délicat pour une journée de révélation Lun 9 Jan - 20:11

Voici que ma Sateen se réveillait de son sommeil. J’étais resté toute la nuit allongé à ses côtés, lui caressant les cheveux et prenant quelques mèches que je laissais glisser lentement au travers de mes doigts. J’avais rendu certains cheveux électriques malgré la fraicheur que dégageait ma peau. A son réveil je m’étais arrêté pour mieux la contempler.

Elle admirait son joyau, celui ayant appartenu à ma mère. Maintenant il était sien, à jamais. Mais une sombre idée me percuta l’esprit : je ne pourrais jamais avoir d’enfant, et la transmission de génération en génération des Rendès s’arrêterait. Cette idée me laissa nostalgique. J’évitais de lui montrer mon désarroi tandis qu’elle nageait, me semble t-il, en plein bonheur.

- Bonjour très cher fiancé, as tu bien dormi mon amour ?

J'aimais l'entendre prononcer ce mot banal qu'était "fiancé". J'aimais l'entendre me parler, prononcer "mon amour" ou même mon prénom. J'adorais sa voix.

A mainte reprise Sateen entreprit de m’embrasser et abandonnant toute volonté de résister, je me laissais faire entre ses mains qui passaient de mon torse à mon cou puis à mon visage. Les miennes étaient posées sur ses hanches, elle les caressait tandis que mes lèvres s’empressaient de rejoindre les siennes. Un immense bonheur s’empara de mon corps, de mon être et me donna plus d’ardeur encore pour répondre à ses envies. Je l’aimais, c’est tout ce que j’avais envie de crier au monde entier : Je l’aimais et elle était à moi.
La pensée qui m’avait interceptée tout à l’heure me revint en mémoire. Comment pouvais je privée la femme que j’aimais d’avoir un enfant dans sa vie ? Je savais la chose possible pour les vampires, du moins c’était des légendes et malheureusement la mère ne survivait jamais. Je ne voulais pas perdre Sateen, au grand jamais non !

D’une main légère et que je fis devenir douce, je repoussais ma future femme sur le côté et l’éloignais de moi pour reprendre un souffle dont je n’avais pas vraiment besoin. Mais j’avais du mal à me contrôler et chaque instant à ses côtés étaient telle une torture, non, un paradis total. J’étais partagé entre deux sensations qui me poussaient à l’aimer davantage, mais j’étais sanguinaire et pas autant entrainé que je le voudrais pour résister à ses charmes.

Je me redressais dans le lit et lui fit un sourire avant de reporter mon regard rouge sang sur les draps de soie de l’arrière du lit. Il était doux, c’est tout ce qui me passait par la tête en cet instant alors que je devais lui parler. Je n’en avais pas envie et pourtant, elle devait savoir la vérité. Elle devait connaitre mon secret et savoir qu’elle risquait sa vie rien qu’en me jetant son regard éperdument amoureux en plein cœur.

Je débutais alors, ma voix grave emplissant la pièce et mon regard fuyant le sien :

– Sateen, tu dois savoir certaines choses sur mon espèce, comme par exemple le fait que je ne suis pas aussi fort que tu le pense. Je me nourris de sang humain à la base et sentir ton odeur que j’aime temps à longueur de journée sur ma peau, sur mes vêtements, me rends fou. Fou d’amour, fou de douleur, fou de toi. Sateen, j’ai besoin de savoir ce que tu connais sur notre espèce, j’ai besoin que tu sois au courant de tout et que tu accepte un marché.

Ce dernier mot j’avais tenté de le prononcer avec plus de conviction qu’il n’en fallait, lui faire comprendre que cette dernière étape comptait pour moi et Sateen devait savoir dans quoi elle s’engageait. Pour ma vie, pour la sienne. Et pour notre tranquillité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice aux deux visages (Dc Brittany)


Feat. : Leigthon Meester
Age d'apparence : 20
Age réel : 20
Messages : 533
Date d'inscription : 25/10/2011
Localisation : Seattle
Humeur : Confuse mais amoureuse sans aucun doute
MessageSujet: Re: Un réveil délicat pour une journée de révélation Mar 10 Jan - 19:26

Tandis que je ne cessais pas de l’embrasser Lukas posa ses mains sur mes hanches, et les caressa ce qui me fit frissonné, je fus ravie qu’il me rende l’ardeur que je lui donnais petit à petit. J’étais vraiment émerveillé de sentir ces lèvres contre les miennes… j’aimais ressentir le désir et l’envie par se simple contact entre nos lèvres.

Mais ceci fut à mon plus grand regret de courte durée, il m’avait repoussé de la main avec une grande délicatesse et même si mon corps ne voulais pas exécuter ce mouvement je me laissa faire. Mon fiancé ce redressa dans le lit et me fit un sourire auquel je répondis instinctivement.

C’est peu avant ces paroles que la réalité de son espèce me revint à l’esprit, à l’instant ou je vis ce rouge, le rouge de ces iris… tandis que je devrais être effrayé, courir, m’éloigner du fait de ça nature, tout me poussait à rester près de lui. Je n’avais pas peur de lui, je le désirais, et j’étais certaine qu’il ne me ferait aucun mal. Il ne m’avait jamais fait de mal jusqu’en ce jours, je ne vois pas pourquoi ça commencerais aujourd’hui, tout comme je ne me suis jamais inquiété de ce qu’il était… ça nature ne m’avais pas dérangé hier tandis que je lui accordais ma main, mon cœur, mon âme et mon corps, c’est ainsi qu’il n’y avait alors aucune raison que je le repousse maintenant.

Je ne cessais de le regarder, j’étais intrigué…j’avais du mal à m’imaginer son existence possible…des tonnes de questions se chamboulaient dans ma tête, j’avais pu lire des choses, mais comment faire le vrais du faux, je me rappelle le jours où j’étais allé à la bibliothèque et que j’avais lu ce livre soit disant sur la mythologie…mais au fil de la lecture il se révélait en fait parler de ces êtres de la nuit relié à la déesse Nyx, ces créature implicitement annoncé par la déesses Gaïa, et encore ces mythe égyptien ou ces légendes Indienne… ce jour là j’avais un peu buté sur le livre mais avais finalement décidé de garder l’esprit ouvert et de me dire que j’en croirais l’existence si un de ces sang froid comme les appelaient les quileutes, m’apparaissait un jour. J’aurais été loin de m’imaginer que ce serait Lukas.
Mais peu m’importer, il allait effacer en moi ces cliché fait sur son espèce, et apporterais des réponse à mes multiple question qui avais causé ma perte de connaissance la veille au bal costumé.
Lukas semblait fuir mon regard, ces yeux rouges m’étonnaient, mais je ne voulais pas qu’il se cache de moi, surtout pas sur ce sujet…je pensais qu’aucun secret ne vivait entre nous jusqu'à aujourd’hui, je lui en aurais voulu si il en avait été tout autre, mais là il avait fait ça pour me protéger et c’était vraiment adorable… il n’avait plus à me cacher ce qu’il est.
Ca voix que j’aimais tant ce mit à tournoyer dans la pièce :

– Sateen, tu dois savoir certaines choses sur mon espèce, comme par exemple le fait que je ne suis pas aussi fort que tu le pense. Je me nourris de sang humain à la base et sentir ton odeur que j’aime temps à longueur de journée sur ma peau, sur mes vêtements, me rends fou. Fou d’amour, fou de douleur, fou de toi. Sateen, j’ai besoin de savoir ce que tu connais sur notre espèce, j’ai besoin que tu sois au courant de tout et que tu acceptes un marché.

Je me mordis les lèvres et avant même de répondre à sa question, je voulais qu’il sache ce que je ressentais :

-Lukas ! Je n’ais pas peur de toi…je n’ais pas l’intention de te fuir, je t’aime d’un amour que je t’ai déjà exprimé et que j’ai bien l’intention de t’exprimer pour l’éternité que nous passerons ensemble… C’est le seul secret qui en ce jours n’était logiquement pas dévoilé entre nous…à moins qu’il y en ais d’autre dont je n’ais pas connaissance, mais ce n’est pas le sujet, je veux que tu me regarde. Ca compte beaucoup pour moi, ce sujet est certainement un des plus important dans notre vie, on parle de toi, de l’être que tu es, de l’homme de ma vie, de mon fiancé et plus tard mon mari.

Je m’asseyais dans le lit et me tourna vers lui, c’est quand il leva les yeux et posa son regard sur moi que je me rappela soudain que j’étais seulement vêtu de mes sous vêtements en dentelle, je tira alors le drap sur mon corps et un petit sourire aux lèvres je lui demanda :

-Tu veux bien me passer un de tes pulls pour que je t’évite, ce qui semble être pour toi une torture ?

C’est seulement après ça décision de me passer ou non un pull que je commençai à répondre à ça question principale :

-Lukas j’ai pu lire des choses sur ton espèce à deux ou trois reprises, tu sais que je suis fasciné par la mythologie et la mythologie semble être intrigué de votre histoire. Après il y à bien entendu les romans, mais là je doute du bien fondé des informations. Il va certainement falloir que tu m’ôtes certain mythe de l’esprit.

Je marqua une pause, essayant d’organiser mes pensées et continua :

- Je sais par la mythologie que ton espèce est considéré par certain à des êtres de granit, j’en ais déduis que cela signifiait la froideur de ta peau, et que ton corps devais être très résistant ! Théories qui fut appuyé par une phrase ressemblant à ça : « L'étranger avait la dureté de la pierre et la froideur de la glace »

Je prenais une pause entre chaque pensée qui me venait à l’esprit.

-J’ai lu que tu avais une force vraiment incroyable, capable déchiqueter des êtres désolé de l’expression, mais ce mot m’avait marquée à sa lecture.

-Hum il me semble que tu as une rapidité sans faille, ah et il y avait une histoire de traité avec des loups…des loups qui serait vos ennemie, mais là je pense que c’est un mythe ! Quoi que maintenant j’ai de quoi me demander ce qui est réel et qui ne l’ais pas.

- Vous êtes appelé : sang froid, démon ou être de la nuit, créature ou plus communément vampire. Et le seul moyen de vous détruire à jamais est de vous faire brûler…


Je n’eu pas le temps de continuer, ce que je savais sur son espèce : une image horrible de Lukas entrain de se faire démembré et brûler par des loups comme il était écrit dans les légendes indienne me perturba au plus au point, je baissa la tête et m’agrippa les cheveux tout en secouant la tête. Il fallait tout de suite que je m’ôte cette image de la tête…
C’est seulement quand lukas me demanda pourquoi je pleurais pour que je me rendis compte que des larmes c’était mis à couler sur mon visage.

- Je t’ais imaginé entrain de te faire brûler, c’était horrible, j’avais l’impression que l’on m’arrachait le cœur.

***************************

« La distinction entre le vrai et le faux s'applique aux idées, non aux sentiments. Un sentiment peut être superficiel, il ne sera jamais menteur.»
Rp color __ lightpink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Feat. : Gaspard Ulliel
Age d'apparence : 20 ans
Age réel : 173 ans
Messages : 439
Date d'inscription : 19/10/2011
Humeur : Follement amoureux.
MessageSujet: Re: Un réveil délicat pour une journée de révélation Jeu 12 Jan - 17:59

Lukas ! Je n’ais pas peur de toi…je n’ais pas l’intention de te fuir, je t’aime d’un amour que je t’ai déjà exprimé et que j’ai bien l’intention de t’exprimer pour l’éternité que nous passerons ensemble… C’est le seul secret qui en ce jours n’était logiquement pas dévoilé entre nous…à moins qu’il y en ais d’autre dont je n’ais pas connaissance, mais ce n’est pas le sujet, je veux que tu me regarde. Ca compte beaucoup pour moi, ce sujet est certainement un des plus important dans notre vie, on parle de toi, de l’être que tu es, de l’homme de ma vie, de mon fiancé et plus tard mon mari.

Elle fit une pause puis s’observa avant de reprendre d’un ton calme et envoutant :

Tu veux bien me passer un de tes pulls pour que je t’évite, ce qui semble être pour toi une torture ?

Non, la voir ainsi ne le gênait pas mais le laissait tout chose, dominé par le désir de la prendre dans ses bras. Pour s’apaiser, il lui tendit le pull qu’elle réclamait.

Sa voix résonna dans la pièce haute de plafond et se perdit au creux du cœur de Lukas. Il la retenait de toute ses forces tant il aimait l’entendre, tant il aimait sentir sa douceur lui effleurer la peau et le faire vivre. Malgré tout son sentiment d’apaisement ne fut pas long, son récit le troublait. Quel livre put en dire autant sur son espèce sans même que les Volturi ne soit au courant ? C’était un cas plutôt mystérieux et il n’était pas bon que ce document soit à la portée de toutes les mains humaines. Il fallait le voler et le garder en lieu sur, comme preuve d’une quelconque fidélité si un jour la guerre se manifestait dans le coin. Il préférait assurer ses arrières et protéger sa famille, quitte à trahir quelques personnes…

Ca ne lui plaisait pas, mais c’était dans sa nature profonde. La vie de ses proches lui était plus importante que toute autre vie. Celle de Sateen était plus encore, elle était son âme sœur et si elle disparaissait, cela revenait à le tuer.

Lukas j’ai pu lire des choses sur ton espèce à deux ou trois reprises, tu sais que je suis fasciné par la mythologie et la mythologie semble être intrigué de votre histoire. Après il y à bien entendu les romans, mais là je doute du bien fondé des informations. Il va certainement falloir que tu m’ôtes certain mythe de l’esprit.

Elle fit une pause que je n’interrompis pas.

Je sais par la mythologie que ton espèce est considéré par certain à des êtres de granit, j’en ais déduis que cela signifiait la froideur de ta peau, et que ton corps devais être très résistant ! Théories qui fut appuyé par une phrase ressemblant à ça : « L'étranger avait la dureté de la pierre et la froideur de la glace »

Encore une pause, qui cette fois me semblait insoutenable, pourtant extérieurement j’étais d’un calme hors du commun.
[
b] J’ai lu que tu avais une force vraiment incroyable, capable déchiqueter des êtres désolé de l’expression, mais ce mot m’avait marquée à sa lecture.

Hum il me semble que tu as une rapidité sans faille, ah et il y avait une histoire de traité avec des loups…des loups qui serait vos ennemies, mais là je pense que c’est un mythe ! Quoi que maintenant j’ai de quoi me demander ce qui est réel et qui ne l’ais pas. Vous êtes appelé : sang froid, démon ou être de la nuit, créature ou plus communément vampire. Et le seul moyen de vous détruire à jamais est de vous faire brûler…[/b]


Il voulu interrompre son récit mais n’en fit rien. Le livre volé, elle n’avait pas besoin d’être au courant. Pendant son sommeil il sera facile pour lui de se rendre au lycée.

Je t’ais imaginé entrain de te faire brûler, c’était horrible, j’avais l’impression que l’on m’arrachait le cœur.

Lukas regarda Sateen et ne trouva rien d’autre à dire ou à faire qu’un banal sourire confiant. Il la rassurait ainsi, il ne risquait rien.

Lukas fut plutôt surpris que Sateen en connaisse autant sur les vampires et qu’elles ne prennent pas ces légendes pour des mythes. C’était une partie importante de leur histoire qui allait se dérouler à partir de maintenant. Il lui donnait son cœur en échange du sien, mais ce n’était pas sans risque.

Les Volturi… Il se devait de lui parler des risques qu’elles prenaient en restant à ses côtés et pire encore, en étant au courant de la situation. Une humaine qui savait la vérité n’avait que deux solutions : Mourir ou bien être transformé en être de la nuit.

Lukas ne s’était pas posé la question quant au choix qu’elle ferait, il avait déjà sa propre solution et avait eu dans l’idée qu’elle l’accepterait obligatoirement. Mais là il ne pensait qu’à lui et se reportait simplement à sa vision des choses. Et non à celle de sa fiancée. Il était égoïste sur les bords, un trait de caractère qu’il avait conservé de son ancienne vie ou il n’était qu’un fils pourri gâté.

Sa famille était riche, il était lui-même très puissant et connaissait parfaitement toute les petites ficelles pour s’en sortir dans n’importe quelle situation. Il avait été un avocat de luxe, envié et apprécié de certains, demandé et saturé de travail : c’était un des meilleurs de la profession. Son changement de vie avait simplement laissé la place à ses concurrents, mais l’idée de remonter son cabinet le travaillais étrangement depuis qu’il re-fréquentais la vie humaine et surtout depuis qu’il était si proche de Sateen.

A l’occasion il se renseignerait de la concurrence en ville et de ses possibilités dans ce lieu. Il fallait qu’il évalue le marché et les part de marché actuelle. Dans l’après midi il s’en occuperait pendant que Sateen irait dépenser un peu d’argent dans les soldes d’hivers.

Il sourit à la fin de son récit tout en prenant le temps de peser ses mots, de les chercher et de voir si la correspondance était celle qu’il désirait trouver.

Il leva les yeux sur le plafond et admira les fines torsades qui se dressaient sur les murs, faisant ressembler les murs à quelques pièces du château de Versailles. Il avait gardé un gout d’époque qu’il avait agrémenté de moderne, un sacré mélange qui donnait quelques choses de sombre et de peu créatifs. Il n’était pas doué pour ces choses et aurait préféré avoir plus de gout, mais nous ne pouvons pas tout avoir ! Sateen se chargerait de refaire la décoration… pensa t-il si fort et si bien qu’il changea de sujet presque inconsciemment et en parla sur le coup à sa fiancée :

– J’ai en horreur la décoration de mon appartement. Je ne peux plus la supporter. Je te propose de la refaire entièrement, sinon je pense que je vais craquer et tout détruire...

Il sombra à nouveau dans ses pensées, dans sa caverne mentale et n’écouta qu’à moitié la réponse de son amour. A nouveau ses yeux se déplacèrent à travers la pièce et se posèrent sur un tas de vêtement empilé sur le sol. Il grimaça et répliqua :

– Faudrait aussi que je pense à acheter une armoire, depuis le temps…

Il posa son bras autour des épaules de Sateen et déposa un baiser sur son front.

– Je ne voudrais pas que ma princesse manque de quelques choses. Cet appartement doit être digne d’elle, et malheureusement son prince à été un peu trop occupé à veiller sur elle jour et nuit pour penser à transformer sa demeure… Tu m’excuseras ma princesse.

Lukas déposa un nouveau baiser sur son front et se re-concentra pour les problèmes plus urgent que ceux qui passent en coup de vent dans la tête et qui chamboule tout.

– Sateen, ma chérie, tu sais combien je t’aime et j’ai de l’affection pour toi, mais jamais ça ne pourra remplacer une nouvelle vie, un complément que toute femme finit par réclamer. Un enfant… Je ne pourrais pas t’en donner un, pourtant, c’est un projet que j’ai toujours envisagé dans ma vie d’avant, je voulais un enfant. Pour lui donner le trop plein d’amour que j’avais dans mon cœur… Et puis tu ne sais pas tout, il y a beaucoup trop de complication pour une relation telle que la notre. Je ne peux pas rester avec une humaine, les Roi Volturi, s’ils le découvrent, voudrons ta mort ou ta transformation… Et je ne veux pas t’imposer ce choix. Il faut que tu y réfléchisses. Ensuite… Je suis très dangereux pour toi et parfois je suis complètement instable, il se peut que je ne rentre pas à la maison pendant quelques jours, parfois ça m’arrive…

Il fit une pause et repris :

– Concernant les légendes avec les loups… J’en ai entendu parler. J’ai aussi rencontré des Amazones lorsque j’étais en France avec Elysabeth. Elle avait des loups avec elle… Mais je ne sais pas si ce sont elles dont parle la légende. Sincèrement je ne sais rien de plus mais je sais que c’est véridique. Je vais me renseigner d’ici les prochains jours, il y a une réserve indienne tout près et je suis sur qu’il n’ignore pas les légendes du coin !

Lukas regarda sa fiancée et écouta le silence dans la pièce. Il était en tee-shirt blanc abimé par le temps et en jogging, une tenue pour le moins exceptionnel le concernant ! D’habitude c’était des jeans et des petits pulls class, ou bien des costumes taillé sur mesure, généralement noir avec une cravate noir et une chemise blanche.

C’était un homme qui aimait se montrer class, qui aimait les belles choses et surtout, qui avait la grâce et la bonne manière de porter les vêtements. C’était un homme à femme, un homme à conquête et un homme rarement fidèle tant qu’il n’a pas trouvé celle qui lui fera battre le cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice aux deux visages (Dc Brittany)


Feat. : Leigthon Meester
Age d'apparence : 20
Age réel : 20
Messages : 533
Date d'inscription : 25/10/2011
Localisation : Seattle
Humeur : Confuse mais amoureuse sans aucun doute
MessageSujet: Re: Un réveil délicat pour une journée de révélation Dim 15 Jan - 14:44

<a href="http://www.deezer.com/embedded/small-widget-v2.swf?idSong=5220600&colorBackground=0x14406852&textColor1=0xFFFFFF&colorVolume=0x39D1FD&autoplay=0" target="_blank">http://www.deezer.com/embedded/small-widget-v2.swf?idSong=14406852&colorBackground=0x14406852&textColor1=0xFFFFFF&colorVolume=0x39D1FD&autoplay=0</a>
J’essayer de me calmer et d’effacer cette image horrible de mon esprit, une fois que ce fut chose faite je redirigea mon regard vers Lukas et il semblait à l’instant bien songeur.
La veille qui avait été féerique fut bien vite rattrapé par la réalité : Lukas est un vampire et de nombreuse chose m’était inconnu je n’avais aucun doute la dessus. Hors nous étions désormais destiné à vivre ensemble pour l’éternité, et tout ces chose me seront donc vital pour rester à ces côté… cependant Lukas ne semblais pas tourné ses pensée vers son espèce mais plutôt sur l’allure de sa chambre, à ma grande surprise, alors que je m’attendais à ce qu’il continu sur le vive du sujet si important, l’être qu’il est et bien il à enchaîné sur la déco de sa chambre :

– J’ai en horreur la décoration de mon appartement. Je ne peux plus la supporter. Je te propose de la refaire entièrement, sinon je pense que je vais craquer et tout détruire...

J’arborais alors une tête dépitée…un regard ébahit. Certes la déco n’étais peu être son point fort, mais là en vu du sujet que nous avions commencé dès mon réveil…comment pouvait-il me parler de déco. Ne considérait il pas que le sujet abordé en ce petit matin est important…trouve t-il cela banal au point de me parler de décoration d’intérieur ! J’étais tellement perplexe de sa réaction, de ses paroles que je ne pris même pas la peine de lui répondre… ce sujet aurait bien lieu de revenir un moment plus propice que celui-ci.
Je scrutais son regard avec attention c’est comme s’il ne semblait plus se rappeler que nous parlions de lui à l’instant.

– Faudrait aussi que je pense à acheter une armoire, depuis le temps…

Et voilà qu’il se mettais à parler de meuble… là je ne comprenais vraiment plus, c’est pourtant lui qui avait abordé le sujet de sa condition… je ne serais pas expliqué pourquoi mais j’étais comme vexé qu’il change de sujet, non pas que j’étais en soif de savoir tout sur son espèce, mais cela allais définir ce qui allait arriver plus tard… ce qui allait déterminé notre vie… on ne parlais pas seulement de lui, mais de nous.
Il posa son bras autour de mes épaules et un baiser sur mon front avant de continuer dans ses pensées décalées du sujet principal :

– Je ne voudrais pas que ma princesse manque de quelques choses. Cet appartement doit être digne d’elle, et malheureusement son prince a été un peu trop occupé à veiller sur elle jour et nuit pour penser à transformer sa demeure… Tu m’excuseras ma princesse.

J’avais un peu envie de lui crier « oh et Lukas… tu es parti où là mon amour !! », C’était charmant attentionné, mais comment en était il venu à pensée à ça alors que nous parlions de quelque chose des plus sérieux… ces pensée le rendaient absent, comme distant alors qu’il était bien là, et même que certaine de ses pensée m’étaient bien destiné.
Je décidai donc de couper toute ces pensées et de le faire revenir ici, à l’instant t en accaparant son attention, même si cela pourrais le troubler… je m’asseyais sur lui, fasse à lui et l’embrassa tendrement. Avant de m’exclamer :

-Mon amour ! Tu part dans des pensée bien loin de l’instant présent…reviens ici, s’il te plait. C’est vraiment attentionné, adorable de pensée à mon bien être. Mais la discutions que tu as entamé tout à l’heure définira aussi mon bien être, car ça nous définira nous … et elle me semble bien plus important en l’instant que la décoration de l’appartement. Par ailleurs je ne manque de rien tant que je suis à tes côtés…je n’ais pas à t’excuser car tu n’a pas commis de faute… on pourrais vivre dans un taudis que ça me serais égale, tant que je suis à tes côté. Il est bien plus cher à mes yeux que tu veilles sur moi, plutôt que tu penses à rendre cet appartement luxueux… Mon amour ce n’est pas parce que ma famille, que ce soit ma grand-mère ou mes parents mon élevé dans un certain luxe que ces principes me sont fondamental… Je ne veux pas que tu pense à moi…je veux que tu pense à nous !

Il déposa un baiser sur mon front et se décida enfin à reprendre le sujet principal :

– Sateen, ma chérie, tu sais combien je t’aime et j’ai de l’affection pour toi, mais jamais ça ne pourra remplacer une nouvelle vie, un complément que toute femme finit par réclamer. Un enfant… Je ne pourrais pas t’en donner un, pourtant, c’est un projet que j’ai toujours envisagé dans ma vie d’avant, je voulais un enfant. Pour lui donner le trop plein d’amour que j’avais dans mon cœur… Et puis tu ne sais pas tout, il y a beaucoup trop de complication pour une relation telle que la notre. Je ne peux pas rester avec une humaine, les Roi Volturi, s’ils le découvrent, voudrons ta mort ou ta transformation… Et je ne veux pas t’imposer ce choix. Il faut que tu y réfléchisses. Ensuite… Je suis très dangereux pour toi et parfois je suis complètement instable, il se peut que je ne rentre pas à la maison pendant quelques jours, parfois ça m’arrive…

Lukas fit une pose tandis que moi je buguais complètement sur les mots qu’il venait de prononcer… dans ma tête la phrase tournais en boucle «Un enfant… Je ne pourrais pas t’en donner un »… peu m’importait le reste… j’étais intrigué par ces roi qu’il me citait, quand à la mort ou la transformation elle ne me faisait pas peur pour le moment… après on meurt tous un jour, c’est dans l’ordre des choses et qu’il puisse être dangereux pour moi, qu’il soit obligé de s’absenter je peu le comprendre, et je n’en ai toujours pas peur… tout ce qui m’importais c’était d’être à ces côté, morte ou vivante cela m’étais égal… par contre le fait de ne pas pouvoir avoir d’enfant me tétanisait… Un bébé, un enfant, fondé un famille avec lukas… c’est un de mes rêves les plus beau et là… à ces mots tous s’effondrait.
Je parlais si souvent à rose des enfants, c’était d’ailleurs notre sujet préféré, je compatissais avec elle du fait qu’elle ne puisse pas avoir d’enfant, mais je n’aurais pas imaginé un seul instant que je serais moi-même dans l’incapacité d’en avoir un du fait de cette union… ça allais être dure à accepter, extrêmement dure. Mais comme je l’ais déjà dis peu m’importe ce qui nous arrive tant qu’on me laisse la possibilité de vivre à ces côté… j’étais prête à faire tout les sacrifices pour lui, et celui si serait sans aucun doute le plus dure que j’aurais à faire.
Car me désir d’avoir un enfant est quasiment aussi important que le désir d’être au côté de lukas, un enfant c’est la plus belle preuve d’amour, c’est la moitié de chacun de nous… J’avais envi de pleurer à cette idée mais je me retins du plus fort que je le puis.

- Lukas, je t’aime aussi énormément, et je désir aussi ardemment avoir un enfant de toi bien entendu… te dire que je ne le désir pas au plus profond de moi serais te mentir et je m’y refuse… mais je ne le désir pas autant que toi et si il n’y à vraiment aucune possibilité pour que tu me fasse un enfant, alors je vivrais sans temps que je suis à tes côtés.

J’eu besoin de réconfort à l’instant, ça allait être difficile de m’y résoudre, mais si il était là à mes côté ce serais déjà plus aisé. J’étais toujours assise sur lui et je me serra dans ses bras, blottissant ma tête dans son cou. J’étais attristé, mais ne le montrais pas physiquement pour éviter qu’il le ressente et s’en veuille, car lui-même déjà devait souffrir de ne pas pouvoir avoir d’enfant, la façon dont il en parlait le montrait bien. Je ne voulais pas le faire souffrir à cause d’un de mes rêves sur le cou anéantit. Je pris une profonde respiration et essaya de faire abstraction de ce fait qu’imposait notre relation pour le questionner sur ce qui m’intriguais :

- Mon amour ! Qui sont ces Roi dont tu me parle qui semblerais refusé notre relation tant que je suis humaine, au point de venir me tuer ? Je me doute bien que tu ne veux pas m’imposer de choix, tu ne l’a jamais fait… même entre toi et Cayden tu m’avais laissé le choix. Et c’est toi que j’ai choisi et que je choisirais jusqu'à la fin de ma vie. Il faut donc que je réfléchisse entre une vie mortel et être séparé un jour de toi par la mort ou une vie en tant qu’immortel et vivre l’éternité à tes côtés…

Je lui fis un petit sourire, qui était un peu forcé car malgré mes effort j’avais énormément de mal à m’ôter l’idée de la tête… le fait de ne pas pouvoir d’enfant… mais il le fallait je continua alors :

-Je n’ai pas besoin de me poser la question deux fois, rester à tes côtés le plus longtemps possible est mon plus grand désir ! Je choisis sans aucun doute l’éternité à tes côtés. Et encore plus si cela doit t’éviter de souffrir face à l’odeur de mon sang… En attendant que le jour où tu me transformeras arrive, je comprends tout à fait qu’il faille que tu t’absentes de temps en temps.

Je marqua un blanc ayant l’espace d’un instant l’absence total de toute pensée. Tandis qu’elle me revenait lukas m’annonça :

– Concernant les légendes avec les loups… J’en ai entendu parler. J’ai aussi rencontré des Amazones lorsque j’étais en France avec Elysabeth. Elle avait des loups avec elle… Mais je ne sais pas si ce sont elles dont parle la légende. Sincèrement je ne sais rien de plus mais je sais que c’est véridique. Je vais me renseigner d’ici les prochains jours, il y a une réserve indienne tout près et je suis sur qu’il n’ignore pas les légendes du coin !

J’avais oublié Elysabeth… son amour de longue date, comment ce fait-il qu’il ne m’en parlait plus ! Ceci dit je n’ais pas vraiment envi de savoir … j’aurais bien trop peur que son cœur repenche vers elle… qu’il se rende en fait compte que c’est elle qu’il veut, j’en serais certainement désespéré, tétanisé… si il l’a retrouvait, je ne sais même pas si j’aurais la force de vivre sans celui que j’aime le plus au monde. J’espère vraiment qu’elle ne refera jamais surface dans sa vie. Quoi que cette pensée soit je l’avoue égoïste, je refuse de le perdre. Je concentre mon esprit sur les loups pour oublié Ely.

- Donc ces loups existent vraiment !! Whouah ! Il y à vraiment tout un monde qui m’est inconnu, je vois que les humains reste vraiment dans l’ignorance en fait. Pourrais-je t’accompagner lorsque tu iras te renseigner sur leurs légendes ?

Ce monde que je rejoindrais plus tard m’était bien encore inconnu, je le ressentais au fond de moi, c’est alors qu’une question me vint à l’esprit :

- Mon amour, j’ai bien l’intention de rejoindre ce moindre qui est le tien, ça je t’ai déjà formulé mon choix. Je ne pourrais vivre sans toi, cette univers est ton monde, et mon monde c’est toi… il faut donc que ce monde devienne le notre, sans prétention aucune… je veux juste dire qu’il faut que nous fassions tout les deux partie de ce monde pour vivre en paix… cependant comment ça se passe ? Je ne sais pas si ma question est très clair ! Comment devenir comme toi ? Un être de la nuit ? Comment fera tu pour me transformer ? Comment t’a ton transformé ?

***************************

« La distinction entre le vrai et le faux s'applique aux idées, non aux sentiments. Un sentiment peut être superficiel, il ne sera jamais menteur.»
Rp color __ lightpink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Feat. : Gaspard Ulliel
Age d'apparence : 20 ans
Age réel : 173 ans
Messages : 439
Date d'inscription : 19/10/2011
Humeur : Follement amoureux.
MessageSujet: Re: Un réveil délicat pour une journée de révélation Jeu 26 Jan - 19:30

Je m’étais égaré bien vite dans mes réflexions. Peut être n’avais je simplement pas envie d’aborder ce sujet là finalement ? Je savais que tout ce que je dirais porterais à conséquence et serait inévitablement la source de nouveau problème. Je n’étais pas en train de penser que ma charmante fiancée en était un, simplement que moi j’en étais un pour elle ainsi que mon statut et ma façon de vivre. Je ne savais plus où mettre les pieds ni même où je devais aller pour préserver notre couple. Tout me paraissait insurmontable, alors qu’il me semblait aisé de mener une tel relation il y a quelques mois !!

Pourquoi tout devenait si difficile à gérer maintenant que j’étais enfin heureux ? Il aurait fallu que je tombe sur le même cas de figure que nous, le même type de couple. Un humain et un vampire… Mais en avait t-il au moins un seul de présent à Forks et dans ses environs ?

Sateen semblait déterminée à me faire revenir auprès d’elle mentalement, si bien qu’elle tenta d’accaparer au mieux mon attention en s’asseyant sur moi et en me gratifiant d’un baiser magnifique qui eu l’effet escompter. C’est un peu brutal dit comme ça, mais tout cet effet disparu quand ma fiancée aborda nos problèmes :

-Mon amour ! Tu part dans des pensée bien loin de l’instant présent…reviens ici, s’il te plait. C’est vraiment attentionné, adorable de pensée à mon bien être. Mais la discutions que tu as entamé tout à l’heure définira aussi mon bien être, car ça nous définira nous … et elle me semble bien plus important en l’instant que la décoration de l’appartement. Par ailleurs je ne manque de rien tant que je suis à tes côtés…je n’ais pas à t’excuser car tu n’a pas commis de faute… on pourrais vivre dans un taudis que ça me serais égale, tant que je suis à tes côté. Il est bien plus cher à mes yeux que tu veilles sur moi, plutôt que tu penses à rendre cet appartement luxueux… Mon amour ce n’est pas parce que ma famille, que ce soit ma grand-mère ou mes parents mon élevé dans un certain luxe que ces principes me sont fondamental… Je ne veux pas que tu pense à moi…je veux que tu pense à nous !

Je me décidais à lui répondre, abordant le sujet de manière décontracté :

– Sateen, ma chérie, tu sais combien je t’aime et j’ai de l’affection pour toi, mais jamais ça ne pourra remplacer une nouvelle vie, un complément que toute femme finit par réclamer. Un enfant… Je ne pourrais pas t’en donner un, pourtant, c’est un projet que j’ai toujours envisagé dans ma vie d’avant, je voulais un enfant. Pour lui donner le trop plein d’amour que j’avais dans mon cœur… Et puis tu ne sais pas tout, il y a beaucoup trop de complication pour une relation telle que la notre. Je ne peux pas rester avec une humaine, les Roi Volturi, s’ils le découvrent, voudrons ta mort ou ta transformation… Et je ne veux pas t’imposer ce choix. Il faut que tu y réfléchisses. Ensuite… Je suis très dangereux pour toi et parfois je suis complètement instable, il se peut que je ne rentre pas à la maison pendant quelques jours, parfois ça m’arrive…

J’en étais sur. Mes mots la perturbaient et c’était vraiment compréhensible. Pourtant, comme tous les hommes, je mis ça de côté en me prometant d’y réfléchir ultérieurement. Ca ne lui faisait pas du mal qu’à elle. Voilà que je devenais égoïste et aigri. Ca faisait un moment que je n’avais pas mangé correctement, car toujours à veiller sur son sommeil et sur sa vie. J’en avais négligé ma soif et mon humeur.

Je devrais m’absenter pour chasser, au risque de lui faire du mal.

Pour reprendre mon souffle et me permettre de survivre à son corps, je l’éloignais de moi et regardais au loin, sans vraiment poser fixement mon regard. Je retenais mon souffle puis restait silencieux devant son émoi. Sateen devait ressentir aussi mon changement d’humeur, de comportement et voir mes yeux devenir foncé, elle réamorça la communication entre nous par une magnifique preuve d’amour, de son amour pour moi :

- Lukas, je t’aime aussi énormément, et je désir aussi ardemment avoir un enfant de toi bien entendu… te dire que je ne le désir pas au plus profond de moi serais te mentir et je m’y refuse… mais je ne le désir pas autant que toi et si il n’y à vraiment aucune possibilité pour que tu me fasse un enfant, alors je vivrais sans tant que je suis à tes côtés.

Sateen voulu alors me questionner, je ressentis ça dans sa façon de se comporter, d’hésiter tout en sondant ma réaction au travers de mes yeux. Enfin, elle se lança sans que je ne réagisse vraiment :

- Mon amour ! Qui sont ces Roi dont tu me parle qui semblerais refusé notre relation tant que je suis humaine, au point de venir me tuer ? Je me doute bien que tu ne veux pas m’imposer de choix, tu ne l’a jamais fait… même entre toi et Cayden tu m’avais laissé le choix. Et c’est toi que j’ai choisi et que je choisirais jusqu'à la fin de ma vie. Il faut donc que je réfléchisse entre une vie mortel et être séparé un jour de toi par la mort ou une vie en tant qu’immortel et vivre l’éternité à tes côtés…

Je répondis presque tout aussi vite :

– Ne dit pas de bêtise. Tu auras la vie que tu mérite Sateen, et je suis en train d’y réfléchir. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire que tu en sâche plus sur les Roi Volturi que ce que je vais te dire maintenant : Les Volturi ont pris l'habitude d'intervenir lorsqu'un problème arrivait dans le monde vampirique. En général, ils envoient leurs émissaires en éclaireur, puis règlent le problème en tuant généralement. Ce sont eux qui ont tué les enfants immortels par exemple. Il y a trois Roi dans ce clan, Aro, Caïus et Marcus. Ils sont tout trois autant respecté que doivent l’être des personnes de leur rang.

Aro, c’est le chef à proprement parler, même si il demande l'accord de ses frères pour prendre une décision. Il regrette voir tuer des vampires, surtout lorsque ceux-ci sont doués d'un talent spécial, car il veut les recruter dans son armée. Le chef des Volturi est capable de lire dans les pensées mais par le toucher… Concernant Caïus, c’est le second de son frère Aro. Il est assez impitoyable lorsqu’il s’agit d’appliquer la loi…
Et pour finir Marcus. C’est le troisième frère de la bande. Il peut détecter l’intensité des relations entre les personnes.

De nombreux gardes aux multiples dons les entoures. Il est quasiment impossible de leur résister. Si tu t’oppose, tu meurs.


Je fis un long silence qui me parut pesant et lourd à assumer.

Sateen repris de plus belle :

-Je n’ai pas besoin de me poser la question deux fois, rester à tes côtés le plus longtemps possible est mon plus grand désir ! Je choisis sans aucun doute l’éternité à tes côtés. Et encore plus si cela doit t’éviter de souffrir face à l’odeur de mon sang… En attendant que le jour où tu me transformeras arrive, je comprends tout à fait qu’il faille que tu t’absentes de temps en temps.

Je ne répondis pas. Incapable d’exprimer ma joie. Il fallait que je parte chasser dès maintenant. Ca devenait un supplice de résister à la brulure de mes veines, à celle de ma gorge et au multiple aiguille s’enfonçant dans chaque parcelle de mon corps.
Je patientais pourtant encore, et Sateen repris suite à ma réponse sur la légende des loups :

- Donc ces loups existent vraiment !! Whouah ! Il y à vraiment tout un monde qui m’est inconnu, je vois que les humains reste vraiment dans l’ignorance en fait. Pourrais-je t’accompagner lorsque tu iras te renseigner sur leurs légendes ?

Ma réponse fut ferme et sans appel :

– Non. Je ne veux pas que tu m’accompagne Sateen.

Une autre question lui vint à l’esprit. Je m’empêchais de me lever pour ne pas la vexer. J’aimais l’entendre parler et la regarder, mais là je souffrais. Si j’avais été humain des perles de sueur serait venu se poser sur le haut de mon front. La douleur devenait intolérable.

- Mon amour, j’ai bien l’intention de rejoindre ce moindre qui est le tien, ça je t’ai déjà formulé mon choix. Je ne pourrais vivre sans toi, cette univers est ton monde, et mon monde c’est toi… il faut donc que ce monde devienne le notre, sans prétention aucune… je veux juste dire qu’il faut que nous fassions tout les deux partie de ce monde pour vivre en paix… cependant comment ça se passe ? Je ne sais pas si ma question est très clair ! Comment devenir comme toi ? Un être de la nuit ? Comment fera tu pour me transformer ? Comment t’a ton transformé ?

– Sateen, tu n’as pas à savoir ce genre de chose, tu n’es pas encore prête. J’attendrais le temps qu’il faudra mais pas pour le moment.

Je me levais et repoussa la couette presque machinalement, attrappa un tee-shirt blanc et le passa sur mon corps. Il était assortis à mon jogging bien que ce n’était pas mon intention première. Je me dirigeais vers la cuisine rapidement sans prêter plus attention que ça à Sateen. La laissant de côté.
J’ouvris brutalement la porte du frigo et me jetait animalement sur le sang que j’avais conservé ici par précaution. Une petite réserve personnelle qui me sauvait lorsque le manque devenait trop intense et puissant. Je m’en saisie et le fit couler à grosse gorgée dans ma gorge, le savourant, en redemandant.
De loin je n’étais pas beau à voir. Mes yeux rouges étaient cernés, le sang entourait mes lèvres et avait couler le long de mon corps, tâchant mon tee-shirt blanc et mes dents. Un spectacle pouvant faire penser à un horrible carnage, à un démon tout droit venu des enfers pour arracher des vies.

C’est là que des pas trainant se firent entendre dans mon dos. Sateen…

– Sateen, non, va t’en de là ! Ne m’approche pas pour le moment ! lui criais-je sans état d’âme.

Elle ne devait pas m’approcher lorsque j’étais dans un tel état. J’étais un monstre recouvert de sang humain, un animal au regard fou et au sourire carnassier. Bien que mon amour pour elle soit puissant, il ne m’empêcherait pas de lutter contre mon instinct de chasseur.
Elle devait s’éloigner loin de moi. Je savais que ça ne changerait rien. Je savais qu’elle ne pouvait m’échapper, mais je voulais me persuader, mon esprit et mon corps, que j’étais incapable de la poursuivre.

– Enferme toi dans la chambre et ne sors sous aucun prétexte ! Laisse moi me calmer…

Je tombais à terre, dos appuyé contre le frigo et avec ma poche de sang dans les mains, que je portais à la bouche. Mon regard rouge sang ne quittait pas celui de Sateen. Il ne ressemblait plus à ce qu’il était avant.

Comment pouvait elle aimer un monstre tel qu’un vampire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice aux deux visages (Dc Brittany)


Feat. : Leigthon Meester
Age d'apparence : 20
Age réel : 20
Messages : 533
Date d'inscription : 25/10/2011
Localisation : Seattle
Humeur : Confuse mais amoureuse sans aucun doute
MessageSujet: Re: Un réveil délicat pour une journée de révélation Jeu 9 Fév - 13:26

Tout devenais étrange, tant de chose qui m’était inconnu me devenait alors visible… l’inconnu chez nous les humains nous rend comme aveugle et il faut savoir ce que l’on ne savais pas pour se rendre compte de son existence…jusqu’en ce jours, en un soir tout peu changer…
On ne se demande jamais ce que l’on ne connais pas, on ne se dit pas « me cache t-il quelque chose ?», un humain n’est pas capable de poussée la réflexion sur soi à un tel point, il se contente du superficielle. Nous voyons ce que l’on veut bien nous montrer, mais la réalité semble bien différente lorsqu’elle ne nous ait plus caché, tout ce l’on croyais abstrait devient réel…
La mythologie semble souvent être une supercherie mais par mes lectures et ce que j’ai appris en ce jour, je me rend compte qu’elle a bien plus connaissance des fait réel que l’être humain. C’est tout un monde qui maintenant s’ouvre à moi, jamais je n’aurais pu l’imaginer à ce point proche de nous et pourtant m’y voilà confronter et prête à l’intégrer… enfin un jour ça arrivera certainement.

Pour moi jusqu'à hier soir, Lukas était comme moi : un être doté d’organe en pleine action mais il s’avère que j’avais tord. Celui que je considérais comme mon frère ce révèle tout autre, c’est comme si il y avait deux regard dans ce monde, le sien étais ouvert et le mien fermer… maintenant je le vois tel qu’il est… Un vampire, mais surtout l’homme que j’aime… on dit que « l’amour est aveugle et que le mariage rend la vu » et bien en ce jour j’aurais ma propre citation « l’amour nous révèle le monde, que nous réserve alors le mariage ? ».
Ce jour viendra où je connaîtrais la réponse… mais j’ai déjà bien d’autre à découvrir avant cela, j’ai encore des choses à apprendre de lukas, de ce monde, de mon destin, si j’en ais un… Mais une chose est sure je suis déterminée à savoir qui est mon fiancée, quel est son monde et jamais je ne le quitterais, je ne veux que lui… quoi qu’il puisse dire, faire ou être, je l’aime et rien ne changera cela.

Il avait complètement détourné le sujet, et je du employer une méthode qui aurait été douce pour un humain… mais certainement violente pour un vampire tel que mon fiancée qui à du mal à résister face à mon corps.

Il m’avait révélé qu’il ne pourrait m’offrir d’enfant et j’en ignorais la cause, mais je voyais par ces paroles que je ne serais pas la seul à en souffrir… je prenais sur moi, ce monde m’ôtais quelque chose qui jusqu’en ce jour m’étais possible, un de mes plus grand rêve… être maman. Ce monde avait des côté noir, et à l’instant j’avais l’impression qu’on m’ôtais une partie de mon cœur, on m’enlevait un rêve un désir qui ne pourrais apparemment jamais être assouvie. Depuis longtemps je parlais d’enfant avec Rose, je la soutenait elle qui ne pouvait en avoir mais à cet époque j’en avait la possibilité… je savais maintenant réellement ce qu’elle ressentait, car je n’avais plus cette espoir d’enfanter. Je me retenais de pleurer, je le faisais souffrir il n’avait pas besoin que je pleur… je me concentrais alors sur le reste de ces paroles et sur lui.

De multiple question m’assaillir, mais surtout la raison de son éloignement, son comportement qui changeait brutalement, son humeur… je ne cessais pas de le regardais et remarquais que ces yeux avait viré vers une teinte bien plus sombre, et j’en ignorais les raison. Etais-ce la souffrance, la colère, l’inquiétude, je n’en savais rien et c’est pour ça que je ne tenais pas à lui cacher mes décision, lui révélant sans plus tarder. J’étais prête à mes priver d’un enfant tant qu’il demeurait à mes côtés, je le regarda et lui demanda qui était ces Roi Volturi, inquiète de sa réaction voulu lui annoncer ma décision quand à une transformation éventuel.
Mais mes paroles ne semblaient pas lui plaire, vu sa réponse des plus complète soit dit en passant:

-Ne dit pas de bêtise, tu aura la vie que tu mérite Sateen, et je suis en train d’y réfléchir. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire que tu en sache plus sur les Roi Volturi que ce que je vais te dire maintenant : Les Volturi ont pris l’habitude d’intervenir lorsqu’un problème arrivait dans le monde vampirique. En général, ils envoient leurs émissaires en éclaireur puis règle le problème en tuant généralement. Ce sont eux qui tué les enfants immortels par exemple. Il y à trois Roi dans ce clan, Aro, Caïus et Marcus. Ils sont tout trois autant respecté que doit l’être des personnes de leur rang.

Il y avait donc trois Roi puissant à la tête de se monde… et voilà qu’il me reparlait d’enfant, immortels qui plus est… mais comment est-ce possible alors qu’il venait clairement de me dire qu’on ne pouvait avoir d’enfant… le sujet était sensible et douloureux, mais de multiple question me venait à l’esprit, je savais pertinemment qu’il allait être dure de me résigner à cette idée… Ce n’était le jour pour ne parler, je le sentais bien, ceci dit je ne manquerais d’en parler, j’en ais besoin. J’ai besoin de comprendre ce qui nous empêche d’avoir un enfant… Un Lukas ou une Sateen Junior… Je me concentrai sur le descriptif des Roi pour éviter de mettre à pleurer.

Aro c’est le chef à proprement parler, même si il demande l’accord de ses frères pour prendre une décision. Il regrette voir tuer des vampires, surtout lorsque ceux-ci sont douées d’un talent spécial, car il veut les recruter dans son armée. Le chef des Volturi est capable de lire dans les pensées mais par le toucher, Concernant Caïus, c’est le second de son frère Aro. Il est assez impitoyable lorsqu’il s’agit d’appliquer la loi…
Et pour finir Marcus. C’est le troisième frère de la bande. Il peut détecter l’intensité des relations entre les personnes.

De nombreux gardes aux multiples dons les entours. Il est quasiment impossible de leur résister. Si tu t’opposes tu meurs.


Tout ceci était une « simple » monarchie, juste plus violente que les autres constituant notre monde et notre histoire… ceci dit c’est le fait que les vampires puissent avoir un don qui m’interpella…
Ca doit vraiment être perturbant de savoir la moindre penser des êtres qui nous entour, et vraiment fascinant de pouvoir décelé l’intensité des relations, je me demandais vraiment quel type de don pouvais encore exister… Lukas en possédait-il un ?

J’étais plongé dans mes réflexions tandis que lukas se mutait dans un long silence :

-Mon amour, possède tu un don ? Il existe beaucoup de don dans ce monde ? Tout les vampires en on un ?

Je lui avais par la suite dit clairement que je décidais d’être transformé… je ne voulais pas qu’il me voit un jour mourir, je voulais ne jamais me séparer de lui… être l’éternité à ces côtés… sérieusement si l’on vous demandais de choisir entre mourir un jour et faire souffrir votre entourage, ou avoir l’occasion de vivre éternellement avec votre raison de vivre… je ne connais pas beaucoup de monde qui choisirait la première option. A moins d’être en fascination pour la mort et de vouloir à tout pris savoir si le paradis existe, je crois pouvoir avancer que la plupart des êtres sur cette terre choisirais l’immortalité.
Ce n’est pas nouveau, l’être aussi vil soit-il cherche depuis bien longtemps à conquérir le temps, l’éternité… il suffit de lire les légendes, pirates et autre : que ce soit la fontaine de jouvence, l’envie d’être un dieu pour avoir cette éternité ce n’est pas une quête nouvelle… ceci dit ce n’est pas l’éternité qui m’attire, je me moque de vivre éternellement, ce que je veux c’est Lukas, je le désir de tout mon être, mon corps et mon corps, même si c’est dangereux j’en prendrais le risque, car désormais je ne vois pas de raison de vivre sans lui.
Je fus quelque peu surprise de ne pas voir de réaction de la part de Lukas : était-il heureux, triste ou partagé sur ma décision d’être immortel à ces côtés ?
Je du en faire abstraction pour lui poser ma question sur les loups, question qu’il n’apprécia pas le moins du monde en vu de sa réponse :

-Non, je ne veux pas que tu m’accompagnes Sateen.

Le fait qu’il me dise ça aussi sèchement me froissa quelque peu je dois l’avouer, j’aime connaître les légendes et la vie qui m’entoure… il ne veut pas que je l’accompagne ! J’étais en fais réellement frustré, ça décision est peut être du au fait qu’il veut que je sois protégé… ceci dit avec lui j’aurais été en sécurité, je n’en doutais pas un seul instant. Je veux avoir connaissance des vraies légendes, ainsi si il ne veut pas que je l’accompagne et bien j’irais seule… mais j’irais.

Je lui avais demandé comment on devient comme lui et il n’avait pas non plus apprécié cette question… je le voyais devenir de plus en plus sombre, comme torturé, je ne savais pas pourquoi et je ne savais pas quoi faire, j’étais toujours frustré mais le voir dans un tel état me rendais bien plus mal. Il me répondit :

-Sateen tu n’as pas à savoir ce genre de chose, tu n’es pas encore prête. J’attendrais le temps qu’il faudra mais pas pour le moment.

Il ne voulait pas que je sache pour le moment, cela était-il si violent pour m’en préserver ? Il savait comment ça se passait et je lui faisait confiance, même si je voulais savoir, je sais qu’il veut me préserver et j’accepterais d’attendre tant qu’il décidera que je ne suis pas prête. Après tout je suis encore bien ignorante par rapport à lui. J’ai bien plus de chose à apprendre de lui qu’il n’en a à apprendre de moi.
Je voyais que son regard devenait de plus en plus noir et voulu poser ma main sur son bras, un simple réflexe humain pour apaiser les autres, mais vraisemblablement pas le bon dans ces circonstance, je ne savais pas ce qu’il avait, ni ce qu’il fallait faire, mais je ne supportais pas de le voir s’assombrir, je voulais effacer ces très dure de son visage.

Mais il se leva et repoussa la couette, se vêtue d’un tee-shirt blanc, il sortit de la chambre sans rien dire, me délaissant complètement. Même pas un mot, un regard ou encore une explication. Je ne comprenais pas, qu’est ce que j’avais fais de mal, que ce passait-il ?
Je restais assise sur le lit tandis que Lukas avait quitté la chambre j’étais comme bloqué, confuse de ce qui se déroulais, je ne comprenais plus. J’avais les yeux fixés dans le vide et essayais de comprendre, me rappelant les dires et les gestes, mais rien ne me venait pour expliquer ce qui se déroulait en l’instant
Pourquoi devenait-il distant, froid et dure. Je ne supportais pas de le voir comme ça. Et après tout je suis sa fiancée, il peut tout me dire… je suis prête à tout pour lui, à tout entendre, même si cela peut me blesser.

J’entendis la porte du frigo s’ouvrir dans un fracas brutal, je secouât la tête et m’extirpa du lit… je fis abstraction de ma tenu peu convenable, de toute façon je n’avais rien d’autre pour me vêtir et ce ne serais pas la première fois depuis hier soir qu’il voit une si grande partie de mon corps. Je ne pouvais pas me vêtir de vêtement que je n’avais pas. C’est donc simplement habillé de sous vêtement et d’un pull que je me dirigea vers la cuisine, enfin plutôt vers mon fiancée.

Mais je fus frappé par une vision d’horreur, Lukas… je voyais de lui sa partie sombre et je comprenais enfin pourquoi il avait changé… Il avait soif. J’étais quelque peu surprise je dois l’avouer, je ne m’attendais pas à lui comme ça, je crois que je n’avais pas réellement pris conscience de cette vision des choses. Il n’était pas aussi charmant une fois recouvert de sang, ces yeux si marqués, ces lèvres dessinées par le rouge sanglant, son tee-shirt qu’il n’avait plus rien de blanc… il n’était pas ravissant, au non loin de là. Je ne peu pas dire que je n’étais pas choqué, il avait raison mon amour est près pour lui, mais mon esprit n’est pas encore présent pour cette état. Je n’étais peut être pas prête à le voir comme ça… cependant, je n’ai toujours pas peur de lui, il a toujours veillé sur moi, il ne me ferait pas de mal, j’ai confiance en lui et je sais que sa volonté est forte, qu’il serait près à tout pour que je reste en vie.
Je m’étais donc rapproché de lui, de l’endroit où il se tenait. Il m’avait entendu et ce fut là la première qu’il cria pour me dire quelque chose :

-Sateen, non, va t’en de là ! Ne m’approche pas pour le moment !

J’étais blessé qu’il crie, mais j’arrêtai d’avancer… je ne savais pas ce qu’il ressentait et étais prête à n’importe quoi pour lui. Pour qu’il ne souffre plus, que je ne le fasse plus souffrir. Car je savais pertinemment que j’en étais en partie fautive. Un réflexe humain me poussait à vouloir aller le voir et le serrer contre moi pour le réconforter, mais c’était bien la dernière chose à faire ici. Je ne bougeais plus et le fixais me demandant ce que je pouvais bien faire. Je le regardais non pas d’un regard effrayé comme l’aurais fais tout humain découvrant une telle scène, mais d’un regard de compassion et de souffrance, un regard qui n’allait sans doute pas lui plaire, mais je ne pouvais pas m’en empêcher… le voir souffrir me faisait souffrir et être impuissante m’énervait, je ne supporte pas de rester passive.

-Lukas ! Qu’est-ce que je peu faire ? Avais-je demandé

-Enferme toi dans la chambre et ne sors sous aucun prétexte ! Laisse moi me calmer.

Je le voyais tombé au sol, s’affaler contre le frigo tout en portant ce sang à sa bouche, son regard rouge fixé dans le mien… j’étais écoeuré de le voir boire du sang, mais cette effet s’annulais complètement du fais de nos regard entremêlé. Ses iris d’un rouge flamboyant m’hypnotisait complètement… je ne cessais pas de le regarder avec l’envie d’aller le voir. D’une vois tremblante, limite sur le point de pleurer je lui dit :

-Je… je ne peu vraiment rien faire !

Il n’eu pas besoin de répondre pour que je comprenne la réponse, d’un simple regard je m’apprêtais à faire ce qu’il me demandais. Tournant les talons, j’avançait désormais dans la direction inverse et m’arrêta un instant sans même me retourner.

- Si tu as besoin de quoi que ce soit ! Si je peu faire quelque chose ou répondre à un de tes désirs… surtout mon amour dit le moi.

Je ne voulais plus qu’il souffre c’était vraiment trop horrible de le voir afficher une telle expression sur son visage. Je me dirigeais vers la chambre, lieu de refuge ou je m’apprêtais à méditer et sans aucun doute à pleurer car je n’aimais vraiment pas l’état dans lequel il était. Je fus choqué de le voir sous sa nature de prédateur mais ce n’est rien à côté de l’expression qu’il me montrait… Je l’aime à la folie et jamais je n’aurais peur de lui, rien ne me fera le quitter. Cette vision a certainement repoussé le jour de ma transformation car je ne me vois vraiment pas tuer des humains, mais ça n’a pas repoussé mon amour pour lui et je serais prête à faire demi tour sur le champs si il me le demandait… peut importe qu’il boivent du sang humain, tant que ça ne le fait pas souffrir d’être à mes côtés.
Je ne suis peut être pas prête à agir de la sorte, mais plus vite cela sera fais, et moins il souffrira, je devrais donc y méditer sérieusement… c’est d’ailleurs ce que je vais faire dans la chambre si il ne m’interpelle pas avant.

***************************

« La distinction entre le vrai et le faux s'applique aux idées, non aux sentiments. Un sentiment peut être superficiel, il ne sera jamais menteur.»
Rp color __ lightpink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Feat. : Gaspard Ulliel
Age d'apparence : 20 ans
Age réel : 173 ans
Messages : 439
Date d'inscription : 19/10/2011
Humeur : Follement amoureux.
MessageSujet: Re: Un réveil délicat pour une journée de révélation Mer 21 Mar - 21:01

Lukas constatait qu’à l’habitude il pouvait dire ses pensées à voix haute tant la compagnie le fuyait. Mais là il avait Sateen, à un couloir et une pièce de lui. Une distance déraisonnable pour l’état dans lequel il s’était trouvé un instant plus tôt. Il en étais malade et honteux qu’elle le voit ainsi, dans cette nature de prédateur, pourtant, Lukas ressentait un poids en moins sur ses épaules. Une vérité venait d’être montrer, même s’il l’avais en quelques sortes provoqués. D’une nature prudente, il envisagea de se nourrir plus souvent, un verre de temps en temps n’était pas suffisant pour pouvoir entretenir le flot de muscle qu’il possédait. Grand, il lui fallait donc beaucoup plus. A l’avenir Lukas serait plus prévenant concernant ses besoins. Il regrettait d’avoir eu à hausser ainsi le ton sur sa fiancée, de lui avoir dit de partir et d’avoir insinué la peur dans son cœur. Tout ça dans le but de la protéger, de lui sauver sa fragile vie d’humaine. Il l’aimait, il en était fou et pourtant, il la faisait souffrir.

« - Ca devrait pourtant être l’inverse, elle qui vis sa vie heureuse, et moi qui la regarde vivre dans l’ombre et qui souffre. Ca avait longtemps été le cas, mais jamais je n’avais demandée que l’inverse se produise. » Murmura t-il tout bas.



D’un rapide coup d’œil il évalua la situation, analysant les dégâts au lieu de voir seulement la réussite. Il se sentais mieux à présent, retrouvant ses esprits à mesure que le sang imprégnait ses veines et satisfaisait le doux feu de sa gorge. Lukas adorait le moment de digestion, celui qui arrivait une fois remplis à ras bord. Un sentiment d’apaisement léger proche de la transe. Il ne lui manquait plus que l’arriver du sommeil, mais un vampire ça ne dors pas…

Son réfrigérateur était dévasté, vide de pochette, Il fallait qu’il retourne à l’occasion à l’hôpital de Port Angeles pour me fournir d’avantage. Une chose était sur, il connaissait bien le grand médecin Docteur House, qui s’en problème lui apportais ce qu’il avait besoin. Une sorte de complicité s’était installé entre eux. Vicodine/sang, il se comprenait… Il était tellement semblable. Des génies bloqué par leur souffrance, leur manque. Il était devenu ce que l’on peut qualifier « d’amis ».



Lukas repassa en tête la scène, les moindres expressions de visage de sa petite Sateen, sa peur, son cœur qui s’emballait et ses mots paniqués, sa démarche précipité. Tout.



Un sentiment de fierté avait grandis en lui, pourquoi ? Son contrôle l’impressionnait, Lukas se rendais bien compte qu’il étais aller à sa limite mais il avait longtemps ignoré jusqu’où elle pouvait être. Maintenant, il savait à quoi s’en tenir bien qu’il est nullement envie de reproduire la situation. Il regarda son tee shirt ensanglanté et d’une main ferme l’arracha de son corps pour le jeter droit dans la poubelle au fond de la cuisine. Il se leva, ramassa les pochettes et en fit de même. L’éponge suivit le même chemin après avoir astiqué le carrelage de la cuisine à la recherche de trace de sang récidiviste.

Tout s’arrangeais, c’était propre et la cuisine avait retrouvé l’apparence précédente. Il ne lui restait que trois petites choses à faire qu’il s’énuméra à haute voix comme pour se dire que tout se finissait bien :



« - Fermer la porte du réfrigérateur, prendre une bonne douche et aller voir Sateen pour m’excuser. »



D’un geste tranquille il referma la porte, passa sa main dans les cheveux et l’y laissa un instant le temps qu’il parcoure des yeux la pièce et vérifie que rien n’avais été oublié. Tout semblait parfait, comme avant.

Il prit alors la direction de son dressing, attrapa un jogging de sport puis se ravisa, prenant finalement un costume Armani noir, chemise blanche et une fine cravate noir. Il se regarda dans le miroir et remarqua que ses yeux avait repris leur belle couleur ébène. La salle de bain et sa lumière particulière fit ressortir la blancheur de sa peau, l’eau lui enleva le sang séché.

Il en sortit et se sécha, avant d’enfiler son costume et de prendre le temps de parfumer avec du « one million ». Sa main se glissa dans ses cheveux dans le but de les mettre en place mais finalement il abandonna, il resterait comme d’habitude à leur naturel, il ne voulait pas mettre de gel aujourd’hui pour les plaquer.



Le restant du couloir qui le séparait de la chambre était long, trop long à parcourir pour lui, trop dur surtout. Il aurait aimé que la scène ne se produise pas. Heureusement, il avait pu lui éviter le pire.

Lukas fit un pas en avant, puis un autre et encore un autre jusqu’à ce qu’il se retrouve au pied de la porte blanche, face à son destin. Sa main se dirigea vers la poignée, elle s’y posa et hésita.
A l’intérieur de la chambre il y avait de nombreux bruits intéressant pour lui. Le cœur de Sateen avait retrouvé son calme… Il était rassuré, elle était toujours ici.



Sans plus d’hésitation il ouvrit la porte, entendant ses battements s’affoler. Il aurait tant aimé ne pas lui faire peur…



Ses yeux se posèrent dans les siens, il s’agenouilla à sa hauteur et lui prit les mains. Seulement trois mots, sept syllabes sortirent de sa bouche :

" - Je t’aime. "



Son regard se plongea dans celui de Sateen, il aurait tant aimé la serrer dans ses bras et tout oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice aux deux visages (Dc Brittany)


Feat. : Leigthon Meester
Age d'apparence : 20
Age réel : 20
Messages : 533
Date d'inscription : 25/10/2011
Localisation : Seattle
Humeur : Confuse mais amoureuse sans aucun doute
MessageSujet: Re: Un réveil délicat pour une journée de révélation Dim 1 Avr - 9:52

    Une soirée idyllique, un amour révélé… Un matin dès plus mouvementé, des révélation des plus effrayante et pourtant je suis là toujours et encore, ma raison me dirait de partir, de fuir au plus loin d’ici, mais ma raison n’est rien sans l’être pour qui je vie, ma raison ne fait pas le poids face à mes sentiments, face au poids de mon cœur. Mon cœur m’indique de rester ici ses côté, de l’aimer et de le chérir jusqu'à la fin, durant une éternité sans faille. Il est l’homme que j’aime et je ne pourrais plus m’en séparer, ce fut déjà trop douloureux une fois, alors que je n’avais pas connaissance de nos sentiment alors maintenant il était hors de question que le quitte, peut m’importe l’être sanguinaire qu’il ait, il est doté de sentiment, d’un cœur quoi qu’il ne batte pas, et nos sentiment son réciproque.

    A l’instant où je franchis la porte de la chambre m’approchant du lit je m’écroula sur se derniers et me mis à pleurer plus de larme que je n’en ai jamais versé… tant de question étais en moi, tant de révélation en l’espace de deux jours, tout avait changé en un instant, même moi je devait avoir changé, mon esprit était encore plus ouvert qu’il ne l’avait été au par avant. Je ne supporte pas de le voir souffrir ainsi, ça me noue le ventre, tord l’estomac et me brise le cœur de le voir ainsi ! Je voudrais pouvoir l’aider aller à l’instant à ses côtés, poser ma main sur sa joue, mes lèvres sur les siennes le réconforter !! Mais j’étais le démon qui le hantais, une source de souffrance immense, un désir imprenable, j’étais son poison qui consommait son être à petits feux.

    Je me mettais à tout haïr et mes pleurs s’intensifier, je le haïssait, j’haïssait sa condition de vampire, je me haïssait moi-même, la frêle humaine que je suis… Tout serait tellement plus simple si il était humain, où si j’étais vampire… Mes larmes s’arrêtèrent à cette pensée, si j’étais vampire !!! Serais-je capable de tuer ceux qui en se jour son mes semblable ! N’y as t’il pas d’autre solution, je suis prête à tout pour lui, pour ne plus être cette immonde source de souffrance. Ce désirs surdéveloppé qu’il me portait du fait de sa condition m’amusais au début, mais en réalité il me tue, comment peu t-on accepter d’être une tel source de souffrance ! Mais d’un autre côté comment peut-on accepter du jour au lendemain de tuer ces êtres que nous avons aimé, qui on partager notre vie, se nourrir d’être que nous étions !!

    Pourquoi ! Pourquoi je ne peu pas simplement l’aimer, vivre lui et moi pour l’éternité sans qu’il y ai de souffrance, de sacrifice ni pour lui ni pour moi… j’étais rongé à mon tours par la colère et la souffrance, je nous haïssait, c’était tellement plus simple avant. Méditer était censé me calmer mais ça m’énervait de plus en plus.

    Lorsque Lukas entra dans la chambre je sursauta j’étais tellement plongé dans mes pensée que j’avais complètement fait abstraction d’une quelconque vie m’entourant.
    Je m’étais redressé sur le lit, tandis qu’il plongeait son regard dans le mien qui se voulait noir, il prit mes mains et me dit :

    - Je t’aime.

    Bien sur que je l’aimais aussi, mais pourquoi tout ça, pourquoi nous, pourquoi… je fini par lâcher ses mains et descendre du pour êtres a son niveau tapant frêlement sur son torse à chacune de mes paroles :

    -Pourquoi ! Pourquoi ! Pourquoi ne puis-je pas simplement t’embrasser sans risquer de t’inspire une tentation dangereuse ! Pourquoi faut-il que tu souffres à la simple vu de mon corps ! Pourquoi faut-il que je sois si faible et toi si fort ! Pourquoi n’avons-nous pas le droit de céder à nos désirs sans que ne cesse de vivre ! Pourquoi n’ais-je pas le droit de serrer mon corps tout contre le tien, de te donner mon corps comme l’aurais fait une fiancée digne de se nom ! Pourquoi n’ais-je pas le droit de t’aime simplement !

    J’étais à bout de souffle, je n’en pouvais plus mes nerf avait du lâcher, je m’abandonna à lui me laissant tomber contre son torse, me mettant à pleurer de plus belle, mon poing se desserra et se posa délicatement sur son torse , mes mots tremblait entre deux sanglot :

    -Lukas !! Je t’aime, je t’aime tellement. Mais je ne supporte pas de te faire souffrir … Je sais ce qu’il faut faire pour que cela ne soit plus comme ça… il faut que tu me transforme…

    Je laissai un blanc, complètement à cours d’énergie, à cours de souffle, à cours de tout sauf d’amour à son égard… Je fit glisser la main qui était sur son torse dans son cou et releva délicatement la tête, approchant lentement et délicatement mes lèvres des siennes, il devait sentir mon souffle haletant sur sa peau, j’avais besoin de lui, besoin de l’embrasser, pour me calmer, me rassurer, savoir à quel point il m’aime, un simple baiser paressant pourtant si difficile à son égard. A tel point que je me sentis obligé de lui demander :

    -Je peux t’embrasser ?

    Mon regard se faisait plus doux, plus désireux, mais encore inquiets. J’en avais mare de passer du rouge au noir, de la joie à la souffrance, du chaud au froid, de la colère au désir : au moment où tout m’était interdit, je me m’étais le désirais plus que jamais, j’avais envie de lui, de l’embrasser sans limite, de serrer mon corps contre le sien malgré le simple pull et mes sous vêtement qui recouvrait mon corps. Mais je ne devais pas désirer cela, je n’eu pas d’autre moyen que de me mordre la lèvre assez profond pour m’ôter cette idée, je du m’arrêter juste à temps pour ne pas me faire saigner, j’étais légèrement plus raisonnable quand à mes désir, quoi que j’aurais certainement une marque sur mes lèvres désormais, mais en attendant je voulais simplement un baiser pour apaiser mon cœur qui se sentais oppressé. Une fois qu’il eu répondu à ma demande je plongea mon regard dans le sien, me leva et l’incita à venir s’allonger à mes côté sur le lit, je posa alors ma main sur son torse ainsi que ma tête et lui murmura :

    -Mais je ne suis pas prête à tous ça, lukas je n’arriverais pas à être comme toi ! Du moins pas maintenant ! Je ne supporterais pas de les tuer ! Mais je te veux toi, plus que tout au monde, être à jamais à tes côtés, êtres entièrement à toi, tu as déjà mon cœur et j’aimerais te donner mon corps sans te faire souffrir. Lukas est-ce que ce sera possible !

    Je fermais les yeux, respirant son parfum que j’aimais tant, et me serrant légèrement contre lui.


***************************

« La distinction entre le vrai et le faux s'applique aux idées, non aux sentiments. Un sentiment peut être superficiel, il ne sera jamais menteur.»
Rp color __ lightpink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Feat. : Gaspard Ulliel
Age d'apparence : 20 ans
Age réel : 173 ans
Messages : 439
Date d'inscription : 19/10/2011
Humeur : Follement amoureux.
MessageSujet: Re: Un réveil délicat pour une journée de révélation Mar 3 Avr - 13:46

Son petit corps était secoué de gros sanglot, sa voix se perdait dans des gémissements et des larmes venait tacher les belles couleurs de son visage. Elle était si belle mais paraissait si désespérée. J'en étais la cause, je le savais mais je ne me disait rien pour l'apaiser. Je restais dans un silence pesant et dévastateur. Je ne savais que répondre à ses questions qui dévastait et émiettait mon coeur à chaque fois qu'elles raisonnaient dans cette pièce blanche et froide.

-Pourquoi ! Pourquoi ! Pourquoi ne puis-je pas simplement t’embrasser sans risquer de t’inspire une tentation dangereuse ! Pourquoi faut-il que tu souffres à la simple vu de mon corps ! Pourquoi faut-il que je sois si faible et toi si fort ! Pourquoi n’avons-nous pas le droit de céder à nos désirs sans que ne cesse de vivre ! Pourquoi n’ais-je pas le droit de serrer mon corps tout contre le tien, de te donner mon corps comme l’aurais fait une fiancée digne de se nom ! Pourquoi n’ais-je pas le droit de t’aime simplement ! Lukas !! Je t’aime, je t’aime tellement. Mais je ne supporte pas de te faire souffrir … Je sais ce qu’il faut faire pour que cela ne soit plus comme ça… il faut que tu me transforme…

- Non !

Ma réponse se voulu froide et sans appel. Je ne l'a transformerais pas. Ce n'étais pas le moment. Il fallait que je mette fin à tout ça avant qu'il ne soit trop tard et que l'on ne puisse plus avoir son bonheur. Avant qu'elle ne puisse plus profiter de sa jeunesse. Je devais agir.

A plusieurs reprises ses lèvres voulurent se coller au mienne, je l'y autorisais mais ne lui rendit pas son baiser. J'étais ailleurs, dans des pensées lointaine qui la dépassait en tout point. J'étais l'étranger qui avait habitué son coeur à une douceur, à un amour sans limite. Je me retrouvais prisonnier de cette amour que j'avais voulu lui donner, je ne pouvais la fuir.

Tout ce que j'avais souhaité pour elle, ce fut son bonheur. Mais je lui avait apporté celui ci qu'en étant loin d'elle, qu'en étant son frère. Maintenant que j'étais quelqu'un d'autre, de plus proche, qui avait percé son intimité, je lui faisais du mal. Et je me rendais compte de mon erreur. Je n'aurais jamais du laisser mon corps approché le sien, je regrettais ce choix.

Elle me demanda la permission pour m'embrasser, une fois encore, je me murais dans un silence lourd de sens.

Je sentais les palpitations de son coeur, son inquiétude et son amour. Surtout son amour. Alors, pour ne pas la blesser d'avantage, je me laissais faire, l'a laissait m'attirer sur le lit pour poser sa main sur mon torse. Je ne rendit aucun geste, trop perturbé pour penser à plus, trop éloigné pour m'autoriser à l'aimer.

Je devais m'éloigner. La douleur se guérie avec le temps. Il en sera de même pour la sienne. Quant à la mienne... Il n'y aura pas de pardon pour moi, je n'ai plus d'âme. Je recommencerais ma vie dans une autre région, un autre pays et n'aurait de cesse de fuir son coeur bruyant de douleur. Me complaire dans le luxe, dans les femmes, c'est ce que j'avais toujours fait.
Je savais encore la pratique de ces choses, les gestes des gentlemans, les paroles et les sourires qui vous ouvrent toute les portes.

Sateen n'avait pas besoin de moi, et moi, avais-je besoin d'elle ?

La réponse ne se fit pas attendre. Elle apparut dans ma tête comme si elle s'y était toujours caché. Je la regardais avec insistance sans toutefois ouvrir la bouche. Il n'y avait que mes yeux pour parler.

Une scène comme celle qui venait de se produire ne devrait à l'avenir, ne plus avoir lieu. Je m'étais privée de manger pour surveiller son corps et faire face à son ancêtre, la garder sous mon contrôle. J'en avais déliré. J'en avais souffert. Il ne fallait plus que ça recommence.

Pour le meilleur et pour le pire.

Je m'étais déjà posé la question du mariage, avec Elizabeth. Il fallait que je l'a retrouve, que je disparaisse de la circulation le temps de redevenir celui que j'étais. Lukas Rendès, l'homme qui avait défié les Amazones, l'homme qui était avocat reconnus et immensément riche. L'homme promit à la plus belle des femmes.

Lukas Rendès, l'homme qui a laissé sa vie en France pour les beaux yeux d'une humaine Américaine.

Mais avec cet évènement, le rêve Américain se terminait ce soir. Lukas avait prit sa décision.

" - Je rentre à Paris."

Il déglutit et ajouta avec une voix froide tout en se détachant lentement de l'emprise de Sateen :

- Je te laisse l'appartement et une somme d'argent qui sera virée sur ton compte tout à l'heure. Je ne veux pas que tu me suive, je veux que tu continue ta vie ici, loin des vampires et de tout autres êtres bizarre de ce monde. De mon côté, je te promet que tu n'auras plus de nouvelle de moi, ce sera comme si je n'avais jamais existé. Pardon Sateen, mais tout ça n'aurait jamais du avoir lieu. C'est ma faute, je ne suis pas près à être avec une humaine et je crois que je ne le serais jamais. Je retourne vivre en France auprès de celle qui doit devenir ma femme. Elizabeth.

Promet moi une chose avant que je quitte cet appartement, promet moi que tu prendras soin de toi et que tu ne feras pas quelques choses d’insensé qui nuirait au bonheur de ta famille et de tes amis. Reste la jeune femme merveilleuse que j'ai rencontré un soir à New York. Adieu.


Il embrassa son front et recula à petit pas vers la porte.
Son coeur, s'il en possédait encore un de vivant, se serait embrasé de douleur.

- Souviens toi de ces mots : le plus difficile dans ce monde, c'est d'y vivre. Soit brave. Vie. Pour moi.

Il claqua la porte et s'arrêta net. Il réfléchi à ce qui venait de ce passer, à ce qu'il venait de faire à celle qui abritait son coeur, illuminait ses jours et ses nuits. Il l'aimait, n'en pouvait déjà plus d'être loin d'elle et posa sa main sur la poignée de la porte avant de s'arrêter et d'hésiter.

Non, il ne fallait pas qu'il l'ouvre, non il ne fallait pas qu'il parte. Que devait-il faire ?
Lukas bloqua, se figea et son corps tout entier fut parcouru de ce qui semblait être un frisson.
Son esprit lui soufflait en boucle Sateen, Sateen, Sateen...

Finalement il se retourna, ferma les yeux et retint une larme que jamais plus il n'aurait, il n'en était pas capable. Il fit un pas, un autre puis se retourna et cogna son poing dans le mur de la cage d'escalier. Il était violent mais ne pouvait faire autrement pour se punir de son choix.
La marque était faite, il retira son poing non douloureux, et contient le restant de sa colère.

Il commença à descendre les escaliers qui le mènerait droit ou le destin l'accepterais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice aux deux visages (Dc Brittany)


Feat. : Leigthon Meester
Age d'apparence : 20
Age réel : 20
Messages : 533
Date d'inscription : 25/10/2011
Localisation : Seattle
Humeur : Confuse mais amoureuse sans aucun doute
MessageSujet: Re: Un réveil délicat pour une journée de révélation Mar 3 Avr - 18:10

    Je ne cessais pas de pleurer, de frissonner !!! Je ne comprenais pas pourquoi notre amour était si difficile, pourquoi nous ne pouvions pas céder à nos plus simples désirs, pourquoi ces derniers devaient devenir si compliqué !!! Tant de « pourquoi » qui hantaient mon esprit et qui tourmente mon être, ne me permettant plus de mesurer l’ampleur de mes paroles, chaque mot sortait de ma bouche sans que j’en aie le contrôle !! Ce n’était qu’un flot de mot qui me blessait de plus en plus ! Mon cœur loupa un battement lorsque son timbre de voix se fit froid et sans appel :

    - Non !

    C’était horrible se nom avait déclenché un énorme frisson en moi, j’étais allé trop loin !! Ma main tremblante s’était posé dans sa nuque et j’avais approché mes lèvres des siennes avant de lui demander si j’avais le droit de l’embrasser, chose que je n’aurais jamais demandé au par avant, mais j’avais tellement peur de le faire souffrir uniquement par ce baiser ! Lorsqu’il accepta m’a demande sans forcément y répondre j’approchai mes lèvres des siennes, Je posai mes lèvres fines, sensuelles qui enrobèrent les siennes d’un touché veloutés. Mon baiser doux sur ses lèvres glacial que j’aimais tant, ce goût délicieux qu’il m’offrait à chaque baiser. Mais je mis fin au baiser le sentant complètement ailleurs ! Cela m’inquiétait j’avais toujours ces mots en moi « Désir » « Amour » et « Pourquoi »…… sans oublier se mot « enfant » que je tentais d’enfouir au plus profond de mon esprit sachant pertinemment qu’il ne pourrait me l’offrir.

    Il n’avait pas refusé de me suivre sur le lit, il n’avait pas refusé que je me serre contre lui malgré ma tenu plus que légère !! Il n’avait rien refuser… mon esprit était tourmenté et je ne me rendais pas compte de son absence mental !
    Lorsque j’eus finit de parler je le regarda et c’est comme si il n’avait rien entendu, si il n’avait pas entendu que je ne voulais pas qu’il me transforme maintenant !! Mais les mots qui sortir de sa bouche fut bien plus violent encore que ce que j’avais pu dire…

    " - Je rentre à Paris."

    Il se desserra de moi, et pris un ton froid qui me glaçait le sang, tandis que mes larmes commençaient à peine à s’apaiser je les sentais remonter en moi, au bord de mes yeux. J’avais envie de hurler, de stopper net ses paroles, il avait promis de ne pas m’abandonner et sa demande de fiançailles me semblait la plus belle preuve de cette promesse… mais cela n’était-il que du vent ?

    - Je te laisse l'appartement et une somme d'argent qui sera virée sur ton compte tout à l'heure. Je ne veux pas que tu me suive, je veux que tu continue ta vie ici, loin des vampires et de tout autres êtres bizarre de ce monde. De mon côté, je te promet que tu n'auras plus de nouvelle de moi, ce sera comme si je n'avais jamais existé. Pardon Sateen, mais tout ça n'aurait jamais du avoir lieu. C'est ma faute, je ne suis pas près à être avec une humaine et je crois que je ne le serais jamais. Je retourne vivre en France auprès de celle qui doit devenir ma femme. Elizabeth.

    Comment il pouvait me dire ça !!! Elizabeth cette fille que je redoute tant, par peur que son cœur retourne vers elle, est-ce le cas! à t-il réalisé qu'il l'aimait plus que moi !!! J’étais brisé de ses paroles incapable de sortir un mot, moi qui en sortais des milliers il y pas moins d’une dizaine de minutes. Il voulait ma mort !! Comment pouvait-il me dire ça !! après tout ce que j’avais appris, nos sentiment révélé et tout autre chose ayant été révélées, il m’avait promis de rester avec moi, j’avais envie de hurler de lui dire non Lukas !!!!! Arrête !! il me tuait à petit feu, à chaque mot qui le séparait un peu plus de moi. Je sentais que sa décision était prise, mais je m’y refusais, je l’aime, l’ai aimé et l’aimerais à jamais !!! Comment peut-il me demander de telle chose :

    Promet moi une chose avant que je quitte cet appartement, promet moi que tu prendras soin de toi et que tu ne feras pas quelques choses d’insensé qui nuirait au bonheur de ta famille et de tes amis. Reste la jeune femme merveilleuse que j'ai rencontrée un soir à New York. Adieu.

    Il embrassa mon front tandis que j’avais envie de le baffer pour ses paroles ! De lui dire qu’il était immonde, qu’il n’avait pas le droit de faire ça, il n’avait pas le droit de briser ses promesses !! Je voulais lui dire que je l’aimais et lui annoncer que la femme qu’il voulait que je reste il venait de la briser !!! Loin de lui, après se long chemin que des personnes aurait parcouru en des centaine d’année nous l’avions parcouru en deux jours !!! Mais j’étais là béate et je le voyais s’éloigner de moi, mon corps étant complètement figé !!!

    - Souviens toi de ces mots : le plus difficile dans ce monde, c'est d'y vivre. Soit brave. Vie. Pour moi.

    Il sortit de la chambre en claquant la porte, à tel point que les murs vibrèrent… Cette vibration c’était le choc qui c’était produit à l’intérieur de moi, mon cœur qui venait de se briser en un millier de petit morceau que l’on aurait envie d’écraser et de mettre à un endroit ou plus personne ne pourrais le réduire dans un état plus déplorable qu’en l’instant … le réduire en poussière et moi par la même occasion !! Je me refusais à le voir partir j’avais moi-même tenu une promesse : je ne te laisserais plus partir je l’avais promis !! Je me leva du lit et entrepris de courir vers la porte mais à peine eu-je posé un pas sur le sol que je m’écroulais, bien que mon esprit soit tout à fait en mesure de fonctionner, mes jambes semblaient m’avoir abandonné…. J’hurlais son nom :

    LUKAS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Tandis que je m’étendais sur le sol, je me recroquevillais sur moi même et pleurais de nouveau plus de larme que je ne pouvais en pleurer, j’étais amoureuse, une fiancée brisé par les paroles de son aimé… le bonheur, puis la frayeur, de nouveau le bonheur et la peur, le peur de le perdre !!! Mais voilà que c’était lui ! Lui qui osait me quitter, lui qui prétendait m’aimer… Je me mettais à le haïr et à l’aimer d’une folie désireuse… Oh lukas Rendès tu m’abandonnes là, un nouveau hurlement sortit de ma bouche en repensant à ses paroles :

    -Dit le que tu veux ma mort !!!!!!!!!

    Ma mort aurait été incontestablement bien plus simple à vivre… Lukas je te haïe mais oh !! Combien je t’aime…. Mon cœur que tu as brisé, bat à un rythme qui pourrait le faire exploser et tu ne te rends même pas compte du mal que tu me fais !!! Tu fuis, voilà ce que tu fais, mais moi !! Comment peu tu me fuir !!! Je m’apprêter à me laisser périr ici, t’imaginant déjà bien loin de moi et mes faibles efforts de petite humaine n’y aurait rien fait face à ta vitesse incroyable…

    Mais ce bruit fracassant reteint mon attention, les murs de l’appartement et certainement ceux de l’immeuble entier venaient de trembler, aucun humain ou incident n’étais capable de tel dégât !!! Tu étais encore là j’en étais sûre, c’était peut-être un fait de mon imagination mais tant pis, j’avais promis de ne jamais te laisser partir !! Alors même tes paroles ne me feront pas changer d’avis. Je pris mon courage à deux main, rassembla toute les force que j’avais, essuya mes yeux, peu importe la tête que je pouvais avoir, je courra vers la porte de la chambre que je claqua à mon tour puis me rapprochais de la porte d'entrée à ma plus grande vitesse humaine… Quand je l’ouvris j’hurlais ton nom encore une fois!! Peu importe les voisin, je ne voulais que toi et s’ils n'étaient pas en accord avec nous peut m’importais… tout ce qui comptait à l’instant c’était toi, et moi, c’était le nous que tu m’avais promis !!

    -Lukas !!!!

    Avais-je de nouveau hurlé en t’apercevant dans les marches tout en m’avançant vers toi. En voyant ton visage j’étais partagé entre la haine et l’amour… j’avais envie de te faire mal mais aussi de me jeter à ton cou et de t’embrasser !
    J’étais juste à tes côtés et je ne tenais plus dans un moment de fureur et en disant des mots complètement en adéquation avec mes gestes je te mis une baffe qui me semblait être des plus violente :

    -Je t’aime !

    Vraisemblablement j’avais eu bien plus mal que toi, mais tu avais sans aucun doute du comprendre mon geste, il n’y avait pas vraiment besoin de le ressentir… mon regard t’ayant fusillé au moment où je t’avais mis cette baffe… j’espérais t’avoir transpercé le cœur comme tu me l’avais brisé… Mais je t’avais en face de moi, j’avais peur que tu t’échappes et le premier mouvement précédente cette baffe fut d’attraper ton veston et de l’agripper… Comme si ma faible force d’humaine pouvait t’empêcher de partir. J’avais envie de t’embrasser, de te répéter oh combien je t’aimais, mais je voulais aussi que tu comprenne oh combien je t’en veux… j’avais peur que tu tourne les talons de nouveau sans daigner m’accorder de l’importance.
    Qu’elle sensation étrange vouloir se jeter au cou de la personne que l’on aime et que l’on déteste en même temps au plus au point haut point. Je reste là devant toi, toujours accroché à ta veste et j’ai peur de ce que tu vas faire, mais je ne sais quoi te dire, j’ai peur que mes paroles te fasse encore fuir.



***************************

« La distinction entre le vrai et le faux s'applique aux idées, non aux sentiments. Un sentiment peut être superficiel, il ne sera jamais menteur.»
Rp color __ lightpink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Feat. : Gaspard Ulliel
Age d'apparence : 20 ans
Age réel : 173 ans
Messages : 439
Date d'inscription : 19/10/2011
Humeur : Follement amoureux.
MessageSujet: Re: Un réveil délicat pour une journée de révélation Mer 4 Avr - 12:25

Mes paroles étaient probablement dur pour elle, car moi même j'en souffrais. Je ne me serais pas cru capable de dire de telle chose si j'avais du y réfléchir plus longtemps. Impossible. J'étais un homme, misérable, qui avait oublier que pour parler aux femmes, il fallait leurs mentirent. Tout le monde ment, c'est bien connu !
Mais là j'avais fait fort. Ma fiancé de deux jours, je l'avait quittée, blessée, détruite et d'autres verbes plus violent me permettant de qualifier mon acte.

oh et puis mince ! j’étaie un vampire, un de ces êtres supérieur qui a tous les droits ! Je pouvais tuer ou pardonner, bien que la première option me corresponde plus... Lukas, un être des ténèbres qui tue non pas pour survivre, mais pour le plaisir de voir la peur se matérialiser dans les yeux de ses victimes. Et oui, j'étais comme ça, avant, lors de ma création et de ma vie qui avait suivis.

Qu'es-ce qui m'avait donc changé ? Mon amour pour elle, Elysabeth, ma première femme, ma première fiancée. Mais suite à mon arrestation par l'armée Allemande par la faute de Julia, qui avait donné ces ordres stupides, je me suis retrouvé à creuver de faim dans un cachot minable, infesté de rat et où le sol était mouillé 24/24 !
Un de leur garde m'avait torturé violemment l'esprit avec l'image d'Ely, me poussant dans mes derniers retranchement.

Finalement, j'avais réussit à m'échapper, à abattre Julia et son garde minable pour partir refaire ma vie.
A New York, j'avais rencontré celle qui illuminait la ville de mille feux, brûler mon corps et enflammé mon coeur. Une déesse de beauté, qui riait et souriait comme jamais je ne pu le voir ailleurs. Un rire incroyable, des yeux traduisant une franchise et un amour sans borne : Pour un humain vulgaire qui l'abandonna peut de temps après.

Je balayais d'un geste un moustique qui me tournait autour et lui lança un regard noir, il fallait pas qu'il confonde la place de chef entre lui et moi.
Et voilà que je délirais, je traitais affaire avec un vulgaire insecte... Lukas, le grand le tout puissant Lukas Rendès.
Il mettait les filles à ces pieds ce mec là !

Et là, comme un idiot dans une cage d'escalier non éclairé, avec la lumière de la borne de secours, je souriais m'imaginant ailleurs sous le feu des projecteurs au bras de ma princesse.

Tout ça n'avait durée que peu de seconde, mon cerveau était rapide, très rapide et était capable de miracle.

C'est là que je me réveillais, secoué brutalement par ses cris et le bruit d'une porte qui claque violemment. Quel tigresse !! Woa !

Je l'a vis, devant moi, les yeux mouillés de larme et là il se produit quelques choses auquel jamais je ne me serais attendu, elle me gifla de toute ses forces et me cria par dessus : Je t'aime !

Je n'avais pas eu mal, simplement ma tête avait suivis la direction indiqué par sa main et avait tourné en même temps. Je la fixais à nouveau, d'un regard dur, intense et froid avant de faire la chose la plus horrible qu'il soit. Je l'a giflait à mon tour, doucement toutefois pour ne pas lui arracher la tête au passage, et l'embrassais fougueusement à défaut de pouvoir dire je t'aime. Les mots n'avaient pas voulu sortirent, mon corps prenant le dessus sur la parole.

Je l'emmenais dans l'appartement et claqua la porte de la chambre derrière nous, arrachant mes vêtements et les siens. Je l'a voulais, rien qu'à moi. Il n'y avait plus que nous.

Il se passa alors ce qui s'était déroulé dans ma tête comme un film vidéo romantique et non pas vulgaire comme les pensées de ce cher Alex, mon meilleur ami au passage... (une bise pour toi Alex! )

J'avais fait le maximum pour ne pas la blesser, j'avais l'habitude de me faire de jolie fille, en étant humain je m'étais fait un tableau de chasse incroyable et là en tant que vampire, j'avais multiplié le chiffre par dix au moins ! Alors question habitude, pas de soucis.

Ma Sateen, je t'aime, ne cessais-je de lui murmurer au creux de l'oreille, laissant mon souffle chaud vagabonder au creux de sa nuque blanche.

J'avais envie plus que tout de la mordre, d'y déposer mes crocs comme pour la marquer à vie, dire qu'elle était à moi et à moi seule. C'était ma femme, ma fiancé, ma Sateen.
Je me fis le serment mental de ne plus l'abandonner, de la chérir.

Dans le meilleur ou dans le pire, mais plutôt le meilleur car là on avait vécu le pire peut de temps avant.

Sateen... Seras tu capable de me pardonner un jour mon caractère égoiste et affirmé ? Ma tendance à la fuite quand la situation me faire peur ? Trop de sentiment d'un seul coup, pourtant je t'aime.

Je ne cessais de murmurer des excuses, des paroles que je voulais être réconfortante. Je la voulais et pour toujours.
Mais sa transformation ne viendrait pas maintenant, je voulais lui laisser encore un peu de temps.
Le comprendrais t-elle ?

Avec une attitude positive, je me surpris à penser à : OUI.
Je lui ferais pleins de calin pour la faire patienter.

En attendant, je posais ma tête sur sa poitrine, faisant mine de dormir auprès d'elle, respirant son parfum envoutant et appréciant le contact chaud de sa peau.

Je l'aimais, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administratrice aux deux visages (Dc Brittany)


Feat. : Leigthon Meester
Age d'apparence : 20
Age réel : 20
Messages : 533
Date d'inscription : 25/10/2011
Localisation : Seattle
Humeur : Confuse mais amoureuse sans aucun doute
MessageSujet: Re: Un réveil délicat pour une journée de révélation Mer 4 Avr - 14:48

    Je lui en voulais de tous ce qu’il m’avait fait subir en l’espace de quelque minute, jamais je n’avais ressenti une telle souffrance et c’était l’homme que j’aimais le plus au monde ! Mon Lukas ! Mon fiancé qui m’avais infligé cette souffrance. La baffe que je lui avais donnée m’avait fait plus de mal qu’a lui et il avait quand même eu l’amabilité de suivre le mouvement de mon intention, sans quoi je réalise maintenant que je me serais certainement fracturé le poignet… Cette simple baffe m’avait soulagé, j’avais cette incapacité à lui en vouloir vraiment, tellement j’avais besoin de lui !!! Mais ceci fut de courte durée… Il avait osé, il avait osé lever la main sur moi !! Ce « pourquoi » me revenait encore à la bouche, n’était-il plus l’homme que j’aimais ? Ces sentiments ne sont-ils pas réel, a-t-il fait ça uniquement pour me faire souffrir, tout notre histoire n’était-elle qu’un jeu pour lui… M’étais-je trompé sur mon fiancé, je n’osais pas y croire, mais il venait à nouveau de me faire mal, cette gifle m’avait arraché un cri de douleur.
    Mais mes pensées s’arrêtèrent nette lorsque je sentis cette froideur sur ma peau, sur mes lèvres, cette fougue qui se déchaînait, se baiser ardant auquel je m’empressais de répondre … Certes il m’avait fait mal par ses mots qui resterait à jamais gravé dans mon cœur par peur de les entendre à nouveau, et sa main que je n’aurais jamais penser sentir ainsi sur ma joue, mais c’était mon homme, mon fiancée, Lukas Rendès que j’aimais et que je désirais plus que tout. Chaque simple petits contacts que nous avions déclanchaient moi une vague de désir… je désirais être à lui comme je désirais qu’il soit mien, et c’était la première fois qu’il osait me donner un baiser d’une tel ardeur, cela est pourtant classé dangereux ! Mais peut importe je le désirais tellement, je ne l’arrêterais pas et accompagnerais ses mouvements. Il me porta jusqu'à l’intérieur de l’appartement et jusqu'à la chambre sans interrompre notre baiser des plus passionné.
    A ma grand surprise à peine arrivé dans la chambre qu’il déchira ses vêtements et les miens quoi que je ne portais déjà pas grand-chose, il venait de perdre un pull et moi les seuls sous vêtement que j’avais ici. Mais bon, ce n’était qu’une futilité, j’étais prête à tout pour savourer ce moment !

    Il …. Non, nous cédions enfin à se désir, à cette tentation qui était proscrit comme insensé, bien trop périlleux pour ma vie…. Le désir était passé par-dessus, par-dessus tout et entre autre la douleur. C’était absolument merveilleux c’était sans aucun doute le meilleur moment de ma vie, sentir nos corps entrelacé, sa peau glacial contre pas peau de frêle humaine, c’était exquis ! Je l’avais déjà fait au par avant c’est pourquoi en un premier temps, l’expression d’une première fois me semblais pas le moindre du monde approprié, mais ça n’avait rien de semblable, c’était plus divin encore que les fois qui on précédé, j’étais entièrement à lui, j’étais pleinement contenté… c’était une sorte de première fois, la première fois avec un être différent de moi, un vampire mais c’était peu significatif pour moi !! C’était surtout la première fois avec mon fiancée et ça c’était magique !

    Ma Sateen, je t'aime

    M’avait-il murmuré de nouveau ! Tout en déclanchant des frissons sur ma peau en il laissant glissé son souffle glacial ! J’étais sans aucun doute bien plus épuisée que lui après ce que nous venions de faire mais je lui murmurai tout de même :

    -Je t’aime mon amour !

    -Sateen... Seras tu capable de me pardonner un jour mon caractère égoïste et affirmé ? Ma tendance à la fuite quand la situation me faire peur ? Trop de sentiment d'un seul coup, pourtant je t'aime.

    Ses mots, toutes ses excuses face à ce qui avait pu se passer ! Il m’avait blessé, avait brisé mon cœur pour l’enflammer à nouveau et ainsi le réparer ! J‘étais incapable de lui en vouloir, par ailleurs il le regrettait, je le savais par ses excuses, par ses « je t’aime », ces quelques mot qui pour un homme ne sont pas facile à prononcer, il était aujourd’hui en nombre suffisant pour que je connaisse enfin réellement l’ampleur de ses sentiments.

    Je ne dis mot pendant un instant, tandis qu’il posait sa tête sur ma poitrine, je glissa alors mes doigt fin le long de son dos avant de les glisser dans ses cheveux et jouer avec quelque une de ses mèches !

    -Mon amour je serais capable de te pardonner les pires fautes qu’il existe, tu m’as blessée mais mon cœur ne t’en veut déjà plus ! Ton caractère égoïste je te le pardonne, ta tendance à la fuite quand la situation te fais peur je te la pardonnerais à une seule et unique condition !!!

    Je glissa ma main sur sa mâchoire et releva légèrement sa tête tout en descendant mon corps un peu plus profond dans le lit, pour faire en sorte que nos visages soient en face, je déposa un baiser sur tes lèvres et dit enfin :

    - Promet moi que tu ne me fuira plus ! N’importe qu’elle en soit la raison, la souffrance, les sentiments, que je sois à l’agonie ou entrain de te dire des choses que tu ne veux pas entendre… Tu peux fuir le monde, fuir la vie, fuir les gens et les responsabilités !!! Mais pas moi !!! Tu n’as plus le droit de me fuir… si tu veux fuir d’accord, mais tu m’emmène avec toi !!! Promet le moi, promet le à ta fiancée…

    Je plongeai mon regard dans le sien et posa ma main dans sa nuque pour amener son visage au mien et l’embrasser de nouveau. Une fois qu’il me l’eu promis j’ajouta :

    -Promet moi autre chose ! Promet moi que cette fois si, tu tiendra ta promesse ! Tu l’as déjà enfreint une fois et mon poignet ne sera pas assez résistant pour te gifler à chaque fois !

    Je déposai quelque baiser sur son torse avant d’y poser délicatement ma tête. J’attendais cette promesse…. Je l’aimais et étais vraiment prête à tout lui pardonner si tenter qu’il ne m’abandonne pas, car je ne sais pas combien de fois je pourrais avoir la force de le trouver.

    Je t’aime mon amour……… Si seulement cela te rassurais et te permettais de rester à mes côtés



***************************

« La distinction entre le vrai et le faux s'applique aux idées, non aux sentiments. Un sentiment peut être superficiel, il ne sera jamais menteur.»
Rp color __ lightpink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Feat. : Gaspard Ulliel
Age d'apparence : 20 ans
Age réel : 173 ans
Messages : 439
Date d'inscription : 19/10/2011
Humeur : Follement amoureux.
MessageSujet: Re: Un réveil délicat pour une journée de révélation Mer 11 Avr - 10:21

Chaque mot sortant de ma bouche avait un effet considérable sur son corps, peut être même dans son coeur. Sa peau se couvrait de délicat frissons, comme si je l'avais caressé tendrement avec quelques doigts. Elle frissonnais à mon côté, je supposais que c'était à cause de mon corps de glace, pourtant, elle ne se retira à aucun moment de notre étreinte. Je plongeais mes yeux dans les siens, caressant distraitement d'une main l'une des mèches de ses cheveux et laissant la seconde lui prendre la main, celle qui portait la bague nous unissant pour la vie. Je ne m'en rendais pas compte de suite de ce qui ce passait, normal me direz vous... Après l'euphorie de nos délicieux ébats. Et pourtant, je savais que ce moment magique serait celui dont nous nous rappelerons tout au long de notre vie. Ses yeux dans les miens, sont coeur battant à l'unissons de mon âme, vibrant le long de nos corps.

Elle me murmura :

- Je t’aime mon amour !

Je voulais m'excuser de tout, me faire pardonner, mais sa seule phrase me délia les mains et accentua mon souffle. Elle était belle, elle était mienne et elle m'aimait.

Le mot "âme soeur" se fondit en moi comme un pieu l'aurait fait dans mon coeur. Etions nous ça ? Je voyais flotter à travers nos êtres un lien nous unissant. J'arrivais à sentir son coeur et ses angoisses même lorsque j'étais loin de son corps. Je pouvais sentir lorsqu'elle pleurait. Tout ceci était étrange pour moi.
Je soulevais sa main et la regarda de tout côté comme si je découvrais pour la première fois son corps. Sa peau de pêche me donnait envie de la croquer, de la gouter et de la savourer. Mes lèvres trouvèrent les siennes à plusieurs reprise, s'attardant dans son cou, glissant un souffle chaud qui j'en étais sûr, venait de lui procurer des frissons...

Je l'aimais, je l'aimais follement et inconsidérément. Elle était mienne maintenant. Pour toujours et à jamais.

Je prenais conscience lentement de ce qui venait de ce passer. Pourquoi je l'avais fui lorsqu'elle avait dit vouloir m'aimer et vivre sa vie auprès de moi ? Tout simplement parce que je ne voyais pas le lien qui s'était créée entre nous, je ne le voyais pas car je le repoussais de toute mes forces comme si c'était un piège douloureux qui se refermerait sur mon âme pour la détruire. On a beau pensée que les hommes sont durs, mais ce que l'on ignore c'est que c'est dans le but de protéger leur coeur de petit garçon.

Je l'avais blessé en reniant mes sentiments pour elle, en la faisant souffrir comme je pouvais souffrir de mon erreur.

Relevant ma tête de sa poitrine, je continuais ma lente progression en couvrant chaque parcelle de son corps nu de baiser ardent. J'avais envie de son corps collé contre le mien, de la sentir et de savoir qu'il en serait toujours ainsi. Elle était mienne, c'était ma compagne.

Je ronronnais de plaisir. Ma main se glissa dans ses cheveux et rapprocha sa tête de moi, je l'embrassais avec passion, tandis que ma seconde main se posait dans son dos pour la coller tout contre mon corps.

Je la voulais à nouveau, sentir sa chaleur contre ma peau et la marquer de mon odeur. Apprécier son parfum qui agissait sur moi comme une drogue, un poison si intense... Oh que oui je l'aimais !

Sateen avait des choses sur son petit coeur, elle voulu me les confier. Sans m'arrêter, je l'écoutais :

- Mon amour je serais capable de te pardonner les pires fautes qu’il existe, tu m’as blessée mais mon cœur ne t’en veut déjà plus ! Ton caractère égoïste je te le pardonne, ta tendance à la fuite quand la situation te fais peur je te la pardonnerais à une seule et unique condition !!!

Je la regardais dans les yeux, elle fit de même mais son regard me brulait, me consumais de l'intérieur. Je ne tiendrais pas longtemps collé sagement à elle. Non... Pas longtemps, elle pouvait le sentir, elle ne me laissait pas le moins du monde indifférent. Mais ça ne me gênait pas, elle comprenait le désir et la passion qui m'animait lorsqu'elle était là, et ce qui est sur, c'est qu'elle allait les subir de nouveau. Mes lèvres brûlaient de nos baisers déjà trop éloigné, mon corps se languissait du sien. Je rapprochais mes lèvres des siennes, l'embrassait et la libérait pour qu'elle puisse reprendre sa respiration et qu'elle m'adresse à nouveau ses sentiments ou ressentit :

- Promet moi que tu ne me fuira plus ! N’importe qu’elle en soit la raison, la souffrance, les sentiments, que je sois à l’agonie ou entrain de te dire des choses que tu ne veux pas entendre… Tu peux fuir le monde, fuir la vie, fuir les gens et les responsabilités !!! Mais pas moi !!! Tu n’as plus le droit de me fuir… si tu veux fuir d’accord, mais tu m’emmène avec toi !!! Promet le moi, promet le à ta fiancée…

Son regard se fit dur et pourtant si tendre lorsqu'elle le posa dans mes yeux après m'avoir sermonné. Je ne le pris pas mal, au contraire, je voulais lui montrer que jamais plus je ne cacherait ce lien d'âme soeur qui s'était tissé entre nous.
D'un bref signe de tête je le lui promis. Elle rajouta alors :

- Promet moi autre chose ! Promet moi que cette fois si, tu tiendra ta promesse ! Tu l’as déjà enfreint une fois et mon poignet ne sera pas assez résistant pour te gifler à chaque fois !

Je souris de toute mes dents, amusé par sa remarque au sujet de la claque, puis je lui répondit :

- Tu m'en demande beaucoup ma princesse. J'aime quand tu t’énerve contre moi, ça m'excite d'avantage et ça me donne envie de te câliner jusqu'à ce que tu n'en puisse plus... Mais je te le promet ma chérie. Ca ne m'empêchera pas de te sauter dessus !

Je souris de mon audace, de mon amour éffronter et de son corps qui ne me laissait pas d'autre choix que de le serrer contre le miens. Je ne voulais plus attendre encore.
Sateen me regardait, embrassait mon torse. C'est alors que je lui immobilisais les poignets et lui rendait ses baisers. Ma main caressa sa peau de pêche et s'embrasa à son contact.
Je lui fit à nouveau un câlin passionné, tout en ronronnant de plaisir.

***

- Je pourrais rester des siècles à te faire ça, mais je crois que tu ne tiendrais pas longtemps entre mes bras...

Lukas était content de sa performance et de l'amour qu'elle lui projetait en plein visage. Il sourit et se laissa tomber sur le dos de l'autre côté du lit, fermant les yeux tout en passant ses mains sous sa tête de sorte d'être appuyé fermement. Il n'avait pas honte de sa nudité sur leur lit, il resta à découvert et pensa à des milliers de choses.

A l'époque où il était né, jamais un garçon n'aurait fait d'une femme sa compagne de lit avant d'être marié. être fiancé ça comptait ? Se demanda t-il. Non. Mais peut importait pour lui. Il n'était plus à la même époque et les règles avaient changés. Peu de gens connaissait encore le principe de l'âme soeur.

Il sortit de ses pensées et tout en gardant sa position et ses yeux clos, il dit :

- Bien dormi mon chaton ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un réveil délicat pour une journée de révélation

Revenir en haut Aller en bas

Un réveil délicat pour une journée de révélation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quel est le tarif pour une journée de prises de vues ?
» Journée de merde
» Et si je vous donnais la possibilitée de devenir invisible pour 24 heures
» Voix pour une journée de Tournage 3 (deux personnages)
» bonjour par cette journée froide et humide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilight rpg - Chapitre 5, Lunaison :: Archives et Corbeille :: Twilight Lunaison : Saison 1 :: Rps Terminés :: Rps dans le contexte-