Twilight Lunaison est un forum de rpg qui poursuit l'intrigue de Révélation, chapitre de la saga Twilight de Stephenie Meyer. Pour sa renaissance : une nouvelle intrigue, de nouveaux personnages, rejoignez-nous pour écrire l'histoire...
 

Partagez|

Retrouvailles sous le sceau du secret... [Pv Eléanore et Nathaniel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Mi-ange, mi-démon fondatrice (Dc Alice)


Feat. : Eliza Dushku
Age d'apparence : 23 ans
Age réel : 359 ans
Messages : 203
Date d'inscription : 07/01/2011
Localisation : Lá où mes émotions me mènent...
Humeur : Pensive et le coeur en peine
MessageSujet: Retrouvailles sous le sceau du secret... [Pv Eléanore et Nathaniel] Mer 23 Mar - 18:56

Cette soirée avait réellement été délicieusement surprenante... Mon plus grand souhait avait été exaucée : je venais de vivre mes rêves les plus fous, à croire que le destin avait enfin décidé que j'avais assez souffert durant plus de 174 ans.

Nathaniel m'était apparu tel un ange venu me sauver de la douloureuse fin que je m'apprêtai à aller trouver en Italie, après avoir été blessée de voir tant de couples goûtant un bonheur immense au bal de St Valentin alors que mon coeur était en peine. Comment cela était-il possible qu'il soit en vie ? Je n'en savais rien et je m'en moquais éperduement à cet instant. En effet rien n'était plus important que ces retrouvailles impossibles qui pourtant faisaient résonner en moins l'écho d'un amour profond dont je savais à présent que je ne serais pas privée éternellement.

C'est ainsi que suite à quelques pas de danse au bal de Seattle, nous avions décidé de quitter la salle pour nous isoler : nous avions tant besoin de nous retrouver, de nous parler, de nous confier, de nous redécouvrir,... Toutes ses années loin l'un de l'autre à vivre dans la douleur de l'assassinat de notre famille n'avait pas dû être simple pour lui aussi : *m'avait-il cru morte ? Sans doute, sinon il m'aurait sans doute pistée jusqu'à me retrouver...* songeais-je non sans inquiétude pour ce qu'il avait dû traverser.

Assise à ses côtés dans le taxi qui nous conduisait à l'adresse que j'avais discrètement glissée au chauffeur, je lui souris avec tendresse. La joie qui régnait en moi depuis que je l'avais aperçu dans la foule des danseurs amoureux ne me quittait plus et me laissait me perdre dans de douces idylles où nous partagerions notre éternité ensemble. Malgré cette explosion de sentiments qui m'animaient et me permettaient de me sentir plus vivante que je ne l'avais été depuis que mon regard avait croisé le sien cette nuit maudite. *Comment s'en est-il sorti alors que les Volturi le tenaient en joug ?* me pris-je à m'interroger tandis que mon regard se plongeait avec délice dans le sien et que déjà les émotions qui l'habitaient me faisaient oublier les quelques questions qui s'imposaient à moi.

- Nous sommes arrivés Messieurs, Dames...

La voix du chauffeur réveiller mon esprit encore sous le charme de Nathaniel. Souriante, je sortis de la voiture tandis que Nathaniel en faisait de même et vînt payer la course avant de contempler avec une certaine curiosité la maison isolée à l'orée du bois devant laquelle nous venions d'être déposée.

Déjà le taxi s'éloignait quand prenant doucement la main de Nathaniel dans la mienne, je lui murmurai :

- Alors comment trouves-tu mon chez-moi ?

A son tour, un sourire vînt illuminer son visage. N'hésitant pas un instant, je l'entraînai vers ma demeure où nous entrions en continuant à nous lancer des regards complices. Les lumières s'allumèrent dès que nous franchissions la porte, sans doute Nathaniel avait-il usé de son don pour rendre l'espace qui s'offrait devant nous plus accueillant. Il découvrit en tout cas un intérieur décoré avec goût dans un style quelque peu classique mais d'une prestance, une allure, qui reflètait tout à fait mes goûts artistiques. Dès que j'eus tourné la clef pour refermer ce qui était passé en quelques heures d'une cache de plus à un havre de paix, nous avanions jusqu'au salon où j'abandonnai mon sac et mon étole de voile sur un fauteuil et invitai Nathaniel à prendre ses aises tandis que je m'asseyai sur le canapé drapé d'un tissu crème.

En cet instant, face à face, ni le silence ni le temps n'avait plus d'emprise sur nous : nous étions seuls au monde, plus rien d'autre n'avait d'importance que lui, que moi, que nous...



***************************

Ma couleur rp : indianred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retrouvailles sous le sceau du secret... [Pv Eléanore et Nathaniel] Jeu 24 Mar - 16:39

Le bal et la magie de la St Valentin … C’est ce qui m’avait réunit avec Eléanore ce soir. A présent nous faisions route jusqu’à sa demeure, qui ne devait plus être bien loin à en juger par la vitesse du taxi et par les quelques indications que Eléanore venait de fournir au chauffeur.

La voiture venait de s’arrêter devant une maison quelque peu isolée des alentours. Tout semblait calme, la nuit était quelque peu fraiche et légèrement venteuse, chose qui ne risquait pas de déranger nos deux vampires.
Eléanore saisit alors doucement Nathaniel par la main et l’entraina avec elle vers la demeure. Ils étaient à présent tous les deux, devant le halle d’entrée tandis que la séduisante vampire sortait ses clés d’un geste assuré de son sac et ouvrit la porte. Elle lui demanda alors d’une voix douce et enjôlée :

- Alors comment trouves-tu mon chez-moi ?



Afin de donner un peu de magie à la chose et à ces retrouvailles, Nathaniel en entrant aperçu les différents interrupteurs contrôlant la lumière, se concentra un instant sur eux, il les activa via son don illuminant l’entrée ainsi que quelques pièces adjacentes d’un coup. La chose faite, il sourit légèrement et lui dit d’une voix calme :

-A ton image, très charmant et plein de gout. Permet moi d’ailleurs de te dire, que tu es réellement en beauté ce soir, tu es ravissante, dit il en la contemplant avec la lumière légèrement feutrée de la pièce.


Observant pendant quelques instants Eléanore, sa robe, son visage, sa douce silhouette, Nathaniel se reconcentra rapidement sur le milieu l’entourant : les objets présents dans la pièce semblaient assez personnalisés, chacun ressemblant à une œuvre d’art.



Malgré le don de la charmante vampire l’accompagnant, Nathaniel ne pouvait s’empêcher de se demander ce qui allait bien pouvoir se passer, qu’est ce qu’Eléanore pouvait bien penser de lui et que pouvait elle avoir à lui dire après tout ce temps ici chez elle ? … Toutes ces questions sans réponse ne suffisaient cependant pas à ternir la joie débordante qui remplissait son cœur à la vue de celle qu’il aimait plus que tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mi-ange, mi-démon fondatrice (Dc Alice)


Feat. : Eliza Dushku
Age d'apparence : 23 ans
Age réel : 359 ans
Messages : 203
Date d'inscription : 07/01/2011
Localisation : Lá où mes émotions me mènent...
Humeur : Pensive et le coeur en peine
MessageSujet: Re: Retrouvailles sous le sceau du secret... [Pv Eléanore et Nathaniel] Lun 4 Avr - 18:14

Le sourire de Nathaniel était toujours aussi charmeur, son regard posé sur moi toujours aussi intense... Et j'adorais ce bonheur retrouvé. J'aurais pu rester là pendant des siècles, mes yeux plongés dans les siens et unissant avec délicatesse mes sentiments si profonds et vrais aux siens.

C'est ce moment que choisit mon créateur pour me sortir de mes rêveries aux accents tendrement idylliques où l'enchantement de nos retrouvailles me donnait à nouveau envie d'un avenir, un futur que je n'avais même plus envisagé depuis que ma vie s'était arrêté quand les cris déchirants de ma famille agonisante avait brisé mon coeur pour ce que je croyais être l'éternité. Mais heureusement, mon éternité avait retrouver une partie de sa candeur, cette moitié qui aurait fait battre mon coeur s'il avait encore été en vie.

-A ton image, très charmant et plein de gout. Permet moi d’ailleurs de te dire, que tu es réellement en beauté ce soir, tu es ravissante, dit il en la contemplant avec la lumière légèrement feutrée de la pièce.

Si j'en avais encore été capable, j'aurais sans doute rougi en ce délicieux instant, sous ses compliments flatteurs mais qui pourtant semblaient si vrais. J'étais apaisée, comme je ne l'avais plus été depuis bien trop longtemps, la sérénité m'avait à nouveau envahie de sa lumière : j'étais heureuse, tout simplement.

Toutefois malgré la gaiété et l'amour qui emplissait un peu plus à chaque seconde le coeur de Nathaniel, je pouvais sentir en lui des ombres se dresser, des doutes s'insinuer... Cela était étrange, très étrange même, tout comme le fait qu'il n'est pas encore abordé sa vie durant nos années de séparation ou même la manière dont il avait pu s'en sortir et ne jamais chercher à la retrouver. Tout cela m'aurait sembler bien flou, sombre, presque inquiétant mais je n'arrivais pas à ressentir la moindre émotion négative tant mon bonheur était immense.

C'est pourquoi, je lui répondis non sans baisser les yeux par la gêne que m'inspirait ses compliments :

- Merci beaucoup à toi.

Puis relevant mon visage vers le sien, je tentai d'engager la conversation :

- Je suppose que ta nouvelle demeure doit être aussi belle que la mienne vu les goûts de choix que tu chéris. Tu ne t'es sans doute pas établi loin d'ici pour te trouver à ce bal ce soir ? lui demandai-je, un magnifique sourire aux lèvres. En tout cas cela constitue une coïncidence des plus délicieuses.

Ainsi songeuse, je continuai à le contempler en profitant de chaque seconde que le destin m'offrait à passer auprès de lui.



***************************

Ma couleur rp : indianred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retrouvailles sous le sceau du secret... [Pv Eléanore et Nathaniel] Dim 10 Avr - 23:34

Nous deux réunis de la sorte, une parfaite vision de rêve. Éléanore à cette minute, à cette seconde, à cet instant était plus resplandissante que jamais, un sourire enjolé aux lèvres.
Chaque recoin de son visage semblait décrire l'immense joie qu'elle ressentait en cet instant si particulier.

Charmeur, charmé, Nathaniel ne pu s'empêcher de se rapprocher d'elle, complètement fasciné, approchant doucement sa main de celle de la jeune femme, l'effleurant lentement en remontant, passant et caressant avec douceur sa clavicule pour enfin arriver à son visage, à ses cheveux, qu'il ne pu s'empêcher de caresser à leur tour avec une infinie tendresse, approchant lentement son visage du sien. La proximité étant devenue très réduite, Nathaniel marqua une pause.
Il voulait qu'elle sache ce qu'il éprouvait pour elle, que ses sentiments étaient restés inchangés après toutes ses années, mais il m'avait pas besoin de mots pour ça, seules ses émotions étaient assez pures, puissantes, parfaites pour exprimer pleinement ce qu'il ressentait pour elle. Il mit donc son amour pour elle grandissant en avant dans son esprit, mêlé à du désir, et à la tendre affection qu'il lui portait, de la sorte elle comprendrait facilement ...

Éléanore releva alors le visage vers celui de Nathaniel puis elle dit :

-Je suppose que ta nouvelle demeure doit être aussi belle que la mienne vu les goûts que tu chéris. Tu ne t'es sans doute pas établit loin d'ici pour te trouver à ce bal ce soir ? lui demanda t'elle un magnifique sourire aux lèvres. En tout cas cela constitue une coïncidence des plus délicieuses.

-Peu importe l'éclat que pourrait avoir ma demeure, il ne représente rien comparé au tien. dit il en souriant.



Nathaniel et Éléanore, deux personnes un seul être ? Quoi qu'il en était, Nathaniel était toujours curieux de savoir ce qu'elle avait en tête pour l'avoir emmené chez elle en pleine nuit et dans cette ambiance pour le moins attirante ...
Même s'il savait que ses actes avaient trahis sa pensée, Nathaniel ne pouvait s'empêcher d'aimer Éléanore, sans doute piégé si loin de son coeur pour l'éternité, condamné au pire des tourments ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mi-ange, mi-démon fondatrice (Dc Alice)


Feat. : Eliza Dushku
Age d'apparence : 23 ans
Age réel : 359 ans
Messages : 203
Date d'inscription : 07/01/2011
Localisation : Lá où mes émotions me mènent...
Humeur : Pensive et le coeur en peine
MessageSujet: Re: Retrouvailles sous le sceau du secret... [Pv Eléanore et Nathaniel] Mar 12 Avr - 14:09

Un silence fit pendant quelques instants, un moment de paix, de sérénité durant lequel je me sentis enfin en sécurité et apaisée. Le trouble de mon esprit ne faisait que s'accentuer de plus en plus chaque seconde, au fur et à mesure que je sentais la caresse de Nathaniel m'effleurer avec délicatesse. Mon âme enivré de tant d'amour se perdait dans ses yeux que je ne parvenai plus à quitter. Ainsi, je ne savais si je devais me sentir prisonnière, enfermée dans ses émotions si profondes qui m'animaient et me perturbaient autant que l'avait fait jusqu'à présent mon don qui m'avait empêché de vivre pleinement mon éternité, ou si je devais voir ces retrouvailles et cet amour qu'il semblait toujours ressentir avec autant d'intensité comme une bénédiction.

Néanmoins, refoulant ses passions alors qu'il approchait tendrement son visage du mien, il décida de me répondre :

-Peu importe l'éclat que pourrait avoir ma demeure, il ne représente rien comparé au tien. dit-il en souriant.

Immédiatement, je lui rendis son sourire. Je n'étais habituellement pas sensible aux compliments mais je devais reconnaitre que rien n'était pareil en présence de mon créateur. Mon coeur me dictait certaines choses, ma raison d'autres. Toutefois ma curiosité qui continuait à rester éveillée me rappellait que je ne savais rien de l'existence qu'il avait mené durant toutes ces années où nous avions vécu éloignés l'un de l'autre. Ne pouvant plus y tenir, je me redressai donc et lui demandait avec innocence mais non sans afficher une mine réjouie à l'idée d'écouter le récit de ses péripéties qui ne devaient sans doute pas être bien plus heureuse que les miennes.

- Toujours est-il que j'aimerais beaucoup savoir ce qu'il t'est arrivé durant toutes ces années... La vie n'a pas dû être aisée pour toi non plus, je me souviens de l'effet qu'a eu sur moi vos cris agonisants face aux Volturi : j'ai cru mourir moi-même et l'errance qui s'en est suivie n'a été qu'un Enfer permanent... dis-je en arborant un air pensif.

Puis retrouvant une mine plus radieuse, j'ajoutai :

- Mais le destin nous a réuni ! Alors maintenant que nous ne sommes que tous les deux, loin de la foule du bal et à l'abri des oreilles indiscrètes de quelques humains ou créatures de la nuit, racontes-moi tes péripéties.

L'impatience dévorait désormais chaque parcelle de mon corps et m'aidait à résister aux déchaînements de sentiments aussi profonds que vrais que je ressentai envers Nathaniel. Sa fougue et son affection ne m'aidaient pas à me contenir mais au moins je pouvais espérer que son récit me permettrait de laisser du temps à l'évolution de notre situation : après tout, maintenant que nous nous étions retrouvés, n'avions-nous pas l'éternité ?



***************************

Ma couleur rp : indianred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retrouvailles sous le sceau du secret... [Pv Eléanore et Nathaniel] Jeu 7 Juil - 16:22

La peur telle une minuscule graine semée, venait de germer dans l'esprit de Nathaniel aux mots d'Éléanore :

- Toujours est-il que j'aimerais beaucoup savoir ce qu'il t'est arrivé durant toutes ces années... La vie n'a pas dû être aisée pour toi non plus, je me souviens de l'effet qu'a eu sur moi vos cris agonisants face aux Volturi : j'ai cru mourir moi-même et l'errance qui s'en est suivie n'a été qu'un Enfer permanent... dit elle en arborant un air pensif.

Puis retrouvant une mine plus radieuse, elle ajouta :

- Mais le destin nous a réuni ! Alors maintenant que nous ne sommes que tous les deux, loin de la foule du bal et à l'abri des oreilles indiscrètes de quelques humains ou créatures de la nuit, racontes-moi tes péripéties.


Il ne savait pas quoi répondre, bien que tentant du mieux que possible de se contrôler, l'esprit de Nathaniel était emplit de trop de doutes, de peurs, de craintes et de dégoût envers lui même : il connaissait le poids de ses fautes. Mais il me savait comment lui dire ce qui lui pesait tant .... Au fond de lui même s'il essayait de se persuader du contraire, Nathaniel savait qu'elle ne comprendrait pas, et leurs retrouvailles à peine célébrées, il ne survivrait pas s'il devait à nouveau la perdre ...
Je dois répondre vite, ce flot de sentiments et e,émotions incontrôlées émanants de moi doit avoir mit Éléanore en alerte, inutile de rendre la situation plus compliquées qu'elle me l'est déjà...

-Je ... Je ne sais quoi te dire, lui dit il en la prenant doucement en regardant au loin.
- .... Comme tu l'as compris, je ne suis pas mort ce soir là, ou du moins pas complètement ... J'ai été grièvement blessé durant l'attaque, et les Volturi ont décidés de me laissant la vie sauve si je les rejoignais,et avant que je n'ai eu le temps de refuser, ils ont dis qu'ils te laisseraient la vie sauve à toi aussi ... La suite, tu la connais et la devine ... dit il s'écartant de sa bien aimée, baissant les yeux et détournant un peu le visage, attendant le jugement et l'horreur arriver, préférant ne rien ajouter ...


L'éternité sans toi se résume à la mort. S'il doit en être ainsi j'aime mieux ne pas avoir de lendemain dès maintenant ...
J'ai du mentir et trahir pour ton bonheur, mais même pour ça je ne pourrais jamais abandonner mon amour pour toi...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mi-ange, mi-démon fondatrice (Dc Alice)


Feat. : Eliza Dushku
Age d'apparence : 23 ans
Age réel : 359 ans
Messages : 203
Date d'inscription : 07/01/2011
Localisation : Lá où mes émotions me mènent...
Humeur : Pensive et le coeur en peine
MessageSujet: Re: Retrouvailles sous le sceau du secret... [Pv Eléanore et Nathaniel] Mer 24 Aoû - 9:13

*S'il avait été humain, j'aurais pu sentir le sang battre à un rythme plus soutenu dans ses veines* me pris-je à songer alors qu'un mélange de sentiments des plus curieux au vue de la joie qui auraient dû l'animer venait d'emplir Nathaniel tout entier. Presque moi-même tremblante des doutes qu'il semblait ressentir, je me disputais intérieurement d'avoir osé aborder cette question si délicate de l'existence passée dans ce que je pensais être la solitude la plus totale... Toutefois, la peur qui s'y mêlait contrastant avec l'expression calme qu'il tentait vainement d'afficher m'effrayait encore bien plus que l'émotion âcre qui me laissait présager un récit inquiétant.

Après encore quelques sursauts d'hésitation qui firent bondir mon coeur figé pour l'éternité dans ma poitrine, il prit la parole en portant son regard calme au loin comme s'il voulait à tout prix atténuer la portée de ce qu'il allait me révéler :

-Je ... Je ne sais quoi te dire, lui dit il en la prenant doucement en regardant au loin.
- .... Comme tu l'as compris, je ne suis pas mort ce soir là, ou du moins pas complètement ... J'ai été grièvement blessé durant l'attaque, et les Volturi ont décidés de me laissant la vie sauve si je les rejoignais,et avant que je n'ai eu le temps de refuser, ils ont dis qu'ils te laisseraient la vie sauve à toi aussi ... La suite, tu la connais et la devine ...


Sa voix hésitante avait résonné dans la pièce comme un glas annonçant l'horreur d'une tragédie. Son visage s'éloigna de moi, des larmes qui ne pouvaient couler me montèrent aux yeux, des sentiments contraires se bousculaient dans mon esprit et se perdaient dans sa crainte de me perdre... Je ne savais plus où j'en étais, mais ce n'était pas le moment de laisser mon don me dominer. Doucement et sans presque que je le remarque tant cette démarche fut machinale, je me levais du canapé sur lequel nous avions pris place quelques instants auparavant alors que ma vie ou plutôt ma mort semblait avoir à nouveau pris un sens à mes yeux. Malheuresement cette utopie venait d'être brisée par une révélation, une action douloureuse qui même si elle pouvait sembler noble ne m'en paraissait pas moins lâche et affreuse ! *Avait-il accepté cette proposition pour être sauvé d'une mort certaine ? L'avait-il fait par altruisme pour me sauver ? Ou est-ce de l'égoïsme pour l'amour qu'il me portait, demeurants tout deux en vie mais voyant notre famille se faire massacrée ?*. Toutes ces interrogations se heurtaient à mon empathie qui en devenait presque insupportable tant la peur et l'inquiétude de Nathaniel grandissait à chaque minute.

Paniquée, je lui lançai un regard dont on aurait su déchiffrer s'il était de haine, d'amour, de pitié, de colère ou de reconnaissance... Je ne savais pas moi-même ce que je ressentais en cet instant précis : peut-être un peu de tout cela à la fois...

Seuls quatre mots, lourd de sens, résonnèrent durs telle une pierre, un mur qui commençait à se bâtir entre nous :

- Comment as-tu pu ?

Mon corps subissant les affronts de mes émotions, je restai là debout à quelques mètres de lui. Le regard froid et l'air inexpressif, je tentai de comprendre ses motivations à avoir pu rejoindre les assassins de sa famile..en vain...



***************************

Ma couleur rp : indianred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retrouvailles sous le sceau du secret... [Pv Eléanore et Nathaniel] Ven 26 Aoû - 18:29

Nathaniel ne pouvait plus se maitriser, dominer ses émotions lui était devenu impossible : un mélange de crainte, de tristesse se lisait à présent sur son visage maintenant qu’il avait prononcé ces funestes mots … Si encore humain il avait été, son cœur aurait sans doute cessé de battre en imaginant le regard, les pensées d’Eléanore à son égard …
Sa voix venant de résonner dans la salle tel un chant funèbre, un silence pesant et palpable faisait alors place.

Prononcer ces mots fut d'une telle souffrance pour Nathaniel, il aurait préféré qu’Eléanore n’apprenne jamais rien à propos de ce secret. Le honte, le remord, le submergeait, impossible pour lui d’ajouter autre chose pour le moment.
Voyant Eléanore se lever, il fit de même quelques instants après et alla vers elle machinalement comme pour la réconforter, comme pour l’enlacer dans ses bras, mais arrivé à quelques centimètres d’elle, il se révisa finalement, et tourna à son tour les talons, se mettant face à la sortie de la pièce.
Alors, le silence pesant fut rompu par la voix d’Eléanore, déformée par l’incompréhension, par la tristesse, par la colère :

- Comment as-tu pu ?



Nathaniel se trouva à nouveau figé par la terreur, dévoré par la tristesse et par les conséquences de cet aveu qu’il imaginait déjà … Mais elle avait le droit de le savoir. Souvent, dans ses grands moments de solitude à travers les siècles, il avait imaginé un jour la retrouver, et le déroulement de cette discussion, ce qu’il lui dirait si elle posait ce genre de questions …

-La vraie question est : comment aurais je pu laisser peser sur ta tête une sentence de mort alors que je pouvais te sauver.

-Je ne m’attends pas à ce que tu comprennes Eléanore, car moi-même j’y ai renoncé il y a bien longtemps. Le choix qu’ils m’ont laissés était pervers, il n’y avait pas de « bonne réponse », et ça toi et moi le savons. Pour avoir vécu une semi captivité, une solitude dévorante, je peux imaginer ce que tu as du traverser à travers les âges mon aimée.

-Lorsque j’ai donné ma réponse, je pensais ne plus jamais te voir en dehors de mes rêves, je ne pensais pas avoir la chance de te revoir un jour. Laisse donc l’amour que je te porte de côté pour ce choix, que penses-tu que notre mère ou notre père aurait répondu à ma place ? Il aurait voulu que tu puisses survivre dans l’espoir qu’un jour, peut être tu arrives à oublier cette funeste nuit et que tu puisses être heureuse.



Serrant le poing, versant d’invisibles larmes inexistantes, Nathaniel craignait la réaction de sa douce. Longtemps, souvent, il avait espéré être tué en mission, ou être exécuté par les Volturi afin d’être enfin débarrassé de cette pesante culpabilité, afin d’être enfin débarrassé de cette existence morne et sans sens.
Toujours sur place et dirigé vers l’entrée, il ajouta alors, dans une voix teintée de tristesse :

-Tu peux ne pas me croire, tu peux me haïr, tu peux me détester. Je ne dis pas que la solution que j’ai prise était la bonne, car en vérité je pense qu’il n’y avait pas de bonne solution à prendre. En refusant leur offre, j’aurais directement ordonné ton exécution, qu’est ce que Père aurait pensé de ça … Je n’ai pas pu les sauver eux, pourtant j’ai essayé, tu étais la seule que je pouvais sauver, si en donnant ma vie j’aurais pu te sauver toi, et un autre de notre famille, je l’aurais fais.



Tous les sentiments qu’il s’était tant efforcé d’oublier, d’enfouir au fil des ans, tout refaisait surface. Il n’y avait pas de mots pour décrire ce qu’il ressentait, Nathaniel croyait s’écrouler de l’intérieur, peut être Eléanore le ressentirait elle, mais il espérait que non, car dans son esprit, Nathaniel savait qu’elle avait déjà assez souffert.



Contempler impuissant le massacre de sa famille avait été affreux, mais le rejet qu’il craignait d’Eléanore risquait d’être pire encore, cette fois ci aucune autre alternative même perverse ne s’offrira sans doute à lui, seule la mort l’attendra au bout du voyage.
Ses années passées, son amour de toujours retrouvé, la perspective d’une éternité heureuse à ses côtés allait se jouer sur un coup du sort, quel cruel tour du destin …
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mi-ange, mi-démon fondatrice (Dc Alice)


Feat. : Eliza Dushku
Age d'apparence : 23 ans
Age réel : 359 ans
Messages : 203
Date d'inscription : 07/01/2011
Localisation : Lá où mes émotions me mènent...
Humeur : Pensive et le coeur en peine
MessageSujet: Re: Retrouvailles sous le sceau du secret... [Pv Eléanore et Nathaniel] Lun 10 Oct - 16:23

*La douleur que je ressentais n’était sans doute pas suffisante, il fallait que mon bonheur se transforme en un horrible cauchemar.* Voilà la pensée qui me traversa lorsque le torrent de sentiments contraires et torturés de Nathaniel s’abattit sur moi tel la nuée de cendres qui avait déferlée sur Pompéi anéantissant toute civilisation. Sa souffrance venait d’anéantir tout ce que j’avais pu ressentir depuis que je l’avais revu à ce bal splendide où j’avais enfin cru ma vie de solitaire finie, où j’avais eu l’audace d’espérer qu’à présent tout serait plus simple… Mais rien n’était simple et malheureusement le destin n’accordait jamais de répit aux personnes comme nous, aux monstres que nous étions.

Les larmes me montaient aux yeux sans que je n’y puisse rien faire pour les en empêcher et la plaie dans mon cœur se faisait de plus en plus sentir. Par mon empathie, la déception, les remords et le désarroi de Nathaniel se confondaient avec mes propres émotions dont la violence me laissait tremblante. Je n’arrivais presque plus à gérer toutes ses émotions, maudissant du plus profond de mon être ce don qui une fois encore ressemblait davantage à une malédiction qui rendait toute situation éprouvante davantage pénible : mais cela était sans aucun doute le poids que j’avais à porter pour être ce que j’étais, même si bien des fois j’aurais préféré que cette nuit de 1676 soit ma dernière et m’entraîne au tombeau plutôt que dans une éternité à vivre aussi bien les joies que les peines de toute la Terre.

Mais pourquoi ces souvenirs me revenaient ? Pourquoi maintenant ? Sans doute mon esprit en proie aux affres qu’enduraient chacun de nous deux y était-il pour beaucoup dans cette réminiscence de mes réflexions les plus philosophiques mais aussi les plus tourmentées…

Sous l’effet de tant de maux, je n’avais même pas distingué les mouvements de Nathaniel dans la pièce, qui, après s’être tout d’abord approché de moi dans un espoir de me réconforter, avait finalement préféré se mettre à l’écart. C’est d’ailleurs à cet instant qu’il décida de briser le silence qui pourtant était bien la seule chose qui me permettait de contenir mon empathie bien trop dévorante, sa tirade disait :

-La vraie question est : comment aurais je pu laisser peser sur ta tête une sentence de mort alors que je pouvais te sauver. Je ne m’attends pas à ce que tu comprennes Eléanore, car moi-même j’y ai renoncé il y a bien longtemps. Le choix qu’ils m’ont laissés était pervers, il n’y avait pas de « bonne réponse », et ça toi et moi le savons. Pour avoir vécu une semi captivité, une solitude dévorante, je peux imaginer ce que tu as du traverser à travers les âges mon aimée. Lorsque j’ai donné ma réponse, je pensais ne plus jamais te voir en dehors de mes rêves, je ne pensais pas avoir la chance de te revoir un jour. Laisse donc l’amour que je te porte de côté pour ce choix, que penses-tu que notre mère ou notre père aurait répondu à ma place ? Il aurait voulu que tu puisses survivre dans l’espoir qu’un jour, peut être tu arrives à oublier cette funeste nuit et que tu puisses être heureuse.

Son explication semblait sincère, toutefois je ne pouvais accepter cela, je ne pouvais plus trop de sang avait coulé et j’aurais aimé que le mien soit versé également cette nuit-là. J’avais tellement souffert, j’avais tellement eu envie de pleurer sans jamais pouvoir réussir à extérioser mes larmes, j’avais tellement eu peur durant toutes ces années où je m’étais crue traquée alors qu’il n’en était rien… Pendant plus d’un siècle, je m’étais cachée : ne restant jamais très longtemps à un endroit fixe, n’osant jamais m’attacher à personne ayant bien trop de crainte en moi de les perdre… Le seul ami qui m’avait soutenu n’était autre que Damon Salvatore, qui l’aurait cru… Lui que tous les autres vampires qualifiaient insociable, démoniaque, obsédé par son amour désormais sous le joug des Volturi, du moins si elle n’avait pas déjà disparu dans les méandres infernaux des Enfers. Pourtant en cet instant, j’aurais aimé qu’il soit là : qu’il m’hypnotise pour que j’oublie toute cette sombre histoire, malgré ces propositions je n’avais jamais accepté qu’il effaça de mon passé cette nuit maudite où j’avais vécu la mort de mes parents, de mes frères et sœurs, en sentant chacun des coups barbares que la garde italienne leur infligeait sans remords, chacune des blessures qui couvraient leur corps endoloris, chacune des flammes qui bientôt les brûleraient, ne cessant d’en être meurtrie que lorsqu’un d’entre eux venait à rendre l’âme…

Cela Nathaniel ne pouvait pas avoir idée de ce que ça avait pu être pour moi, il ne pouvait savoir à quel point cette douleur insoutenable m’avait marquée à jamais. Ca avait été un supplice, supplice qu’il me semblait revivre depuis qu’il m’avait annoncé « m’avoir sauvée ».

Toutes les idées s’entrecroisaient dans mon esprit, tant et si bien que je m’effondrais sur le sol alors que Nathaniel ajoutai :

-Tu peux ne pas me croire, tu peux me haïr, tu peux me détester. Je ne dis pas que la solution que j’ai prise était la bonne, car en vérité je pense qu’il n’y avait pas de bonne solution à prendre. En refusant leur offre, j’aurais directement ordonné ton exécution, qu’est-ce que Père aurait pensé de ça … Je n’ai pas pu les sauver eux, pourtant j’ai essayé, tu étais la seule que je pouvais sauver, si en donnant ma vie j’aurais pu te sauver toi, et un autre de notre famille, je l’aurais fait.

Il disait qu’il n’y avait pas de « bon » ni de « mauvais » choix ? Pourtant lui avait eu l’opportunité de refuser de suivre ces rois sans cœur remplis d’amertume et de haine, il aurait pu refuser de mettre son don à leur service dans le but de sauver quelques autres victimes innocentes qu’il avait dû tuer de sa main mais il ne l’avait pas fait : une seule vie vaut-elle qu’on en sacrifie des dizaine d’autres ?

La culpabilité qui germait en lui, je n’en connaissais le sens : coupable de m’avoir laissée en vie, coupable de nombreux assassinats qu’il avait dû exécuter, coupable d’avoir laissé mourir notre famille pour sauver nos existences ? Et quelle existence ? Une existence minable passée à tenter en vain de panser les plaies du passé ?

Dire que Père m’aurait sauvé… Cela était bien là une chose vil, l’élément suprême qui pouvait laisser naître en moi un doute suffisant. Toutefois à quoi bon essayer de savoir ce qu’un mort aurait fait à la place de Nathaniel, la colère de cet affront me submergeant je hurlai en direction de mon créateur :

- Père m’aurait peut-être sauvée c’est bien vrai, mais jamais il n’aurait pactisé avec les meurtriers de sa femme et de ses enfants ! Il aurait préféré s’évader ou même se laisser mourir plutôt que d’effectuer leur sale besogne ! Alors que toi, tu as rejoint leur cause…

A bout de forces, noyée sous le chagrin, la rage et tous les sentiments dissimulés dans cette pièce dont je ne savais plus dire s’ils étaient miens ou non, je laissais mes genoux rompre sous mon poids, m’affaissant ainsi au sol. Assise telle une poupée désarticulée, je n’avais l’impression que d’avoir été un jouet durant ces siècles d’errance, un jouet dont on avait contrôlé la vie, la mort, et même le destin…


***************************

Ma couleur rp : indianred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retrouvailles sous le sceau du secret... [Pv Eléanore et Nathaniel] Mar 11 Oct - 14:49

Ce flot de sentiments semblait si fort, telle une rivière en période de crue, qu’il aurait pu anéantir tout sur son passage, une souffrance à l’état pure que Nathaniel s’efforçait alors de cacher du mieux qu’il pouvait à Eléanore derrière un visage qu’il voulait le moins expressif possible, maintenant qu’il lui faisait à nouveau face.

Elle s’était effondrée au sol, affligée au possible par les terribles aveux qu’elle venait d’entendre. Instinctivement il se dirigea vers elle, s’agenouillant près d’elle et la prenant précautionneusement dans ses bras sans non plus l’étreindre vraiment, sans vraiment la toucher de peur d’être évidement repoussé.


Il était inutile de lui demander si elle allait bien car il était bien évident que ce n’était pas le cas, mais quoi de plus normal dans pareille situation … Il la connaissait, et il connaissait surtout son don, qui dans ce genre de situations avait un effet des plus pervers … Non contente de la peine qu’elle-même éprouvait, elle ressentait aussi la souffrance de Nathaniel sous toutes ses formes. Voulant l’alléger quelque peu dans son fardeau, le vampire décontenancé tentait de toutes ses forces de surpasser sa peine, de surpasser son chagrin afin qu’Eléanore en souffre moins … Il repassa alors dans sa tête de façon systémique tous les bons moments qu’ils avaient eu ensemble, ces précieux moments qui lui avait permis de tenir toutes ces décennies durant loin de sa douce, repensant à la joie qu’il avait eu de la revoir saine et sauve au bal.
Il voulait mettre de côté ses propres sentiments négatifs afin qu’Eléanore ne soit confrontée qu’à ses démons, cela étant déjà un point bien assez lourd à porter, pour qu’elle puisse comprendre, lui pardonner … Du moins c’est ce qu’il espérait du plus prochain de son cœur.


Il fut sorti de son voyage intérieur qu’il avait entreprit par la voix de la jeune femme, qui hurlait à présent la voix brisée par le chagrin :

- Père m’aurait peut-être sauvée c’est bien vrai, mais jamais il n’aurait pactisé avec les meurtriers de sa femme et de ses enfants ! Il aurait préféré s’évader ou même se laisser mourir plutôt que d’effectuer leur sale besogne ! Alors que toi, tu as rejoint leur cause…

Une brève secousse se fit sentir à ce moment là, comme si toute la pièce venait de trembler pendant un bref et ultime instant.


"Tu as raison en un sens mon aimée, mais malgré le mensonge que je t’ai présenté, ma vie fut bien dure, plus dure que tu ne peux sans doute l’imaginer."



Dans un élan de sincérité, il caressa avec douceur la joue d’Eléanore comme pour l’en débarrasser de ses larmes, et s’adressant à elle d’une voix lente et triste :

- Eléanore, regarde-moi s’il te plait …


Cherchant d’un regard triste au bord des larmes les yeux de son interlocutrice, il continua disant :

-Tu ne crois pas que j’y ai pensé, que j’ai essayé ?… En vain. Les Volturi m’ont gardés enfermé pendant longtemps et à plusieurs reprises lorsqu’Aro sentait mon envie de m’évader plus pressante, de la même façon j’ai souhaité tellement de fois mourir au cours d’une de mes missions, mais encore une fois en vain. Quant aux fois où je me suis ouvertement rebellé, je fus à nouveau enfermé et menacé de ta mort si je n’obéissais pas. Aussi horrible que ce soit, j’avais à nouveau ta vie ou ta mort entre les mains …

- Me concernant les Volturi étaient résolus à me laisser la vie sauve. Pourquoi ? Par pur sadisme ou pour la valeur de mon don ? Je ne le sais guère et je ne m’y intéresse guère.

-Maintenant si tu pense que cette captivité, que ces décennies d’emprisonnement et d’esclavage ont été de gaîté de cœur, si tu appelle ça rejoindre leur cause … Alors accuse moi ouvertement de traitrise,
très brièvement, un soupçon de colère l’envahi alors qu’il prononçait ces mots. Je ne voulais pas te replonger dans cet enfer, lequel nous a coûté notre famille, alors j’ai tout fait pour te l’éviter.
-Ta colère est légitime, mais je pense que tu ne l’adresse pas vers la bonne personne. Je ne prétends pas avoir bien agit, mais peut être même que Père lui-même n’aurait su quoi faire … Maintenant il est trop tard pour le savoir. Si tu pense qu’il est si facile d’avoir la vie de quelqu’un entre ses mains … Il ne pu finir sa phrase.

... « passe donc tes bras autour de mon cou, et observe l’effet que ça fait mon aimée. »


Il aurait voulu pouvoir l’étreindre avec tout son amour et sa tendresse, mais ce n’était pas le moment et sans doute elle le repousserait.


Se relevant tant bien que mal, trop secoué pour ajouter autre chose, il se dirigea vers la fenêtre la plus proche de lui et se plaça face à celle-ci, passant ses mains sur ses yeux, comme s’il voulait y voir plus clair, ou juste qu’on ne puisse distinguer des larmes…





HRP : D'habitude comme tu le sais, je mets les phrases qu'il pense en italique mais là ... Je ne sais pas si ça vient de chez moi ou non mais je ne vois aucune différence avec la police italique ou non, j'ai donc mis des guillemets, merci de ta compréhension.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mi-ange, mi-démon fondatrice (Dc Alice)


Feat. : Eliza Dushku
Age d'apparence : 23 ans
Age réel : 359 ans
Messages : 203
Date d'inscription : 07/01/2011
Localisation : Lá où mes émotions me mènent...
Humeur : Pensive et le coeur en peine
MessageSujet: Re: Retrouvailles sous le sceau du secret... [Pv Eléanore et Nathaniel] Sam 19 Nov - 18:14

Je ne savais si je lui en voulais, je ne savais si j’avais envie de relever ma tête pour plonger mes yeux dans les siens et les fixer pour y deviner la vérité et le mensonge, je ne savais si je pourrais lui pardonner… Tout ce dont j’avais conscience était que mes sentiments qui s’ajoutaient aux siens prenaient un plaisir mesquin à me torturer, me plongeant dans un abîme sans fin. Tout à coup, je sentis des bras m’étreindre avec douceur tandis que la souffrance se faisait encore plus présente : ce ne pouvait être que Nathaniel qui tentait tant bien que mal de se repentir ses fautes, mais étaient-elles seulement pardonnables ?

Sa proximité m’écœurait et me rassurait à la fois. Le fait de songer qu’il ait pu se vendre aux assassins de notre famille dans le but de me sauver…et me sauver de quoi ? Il ne pouvait savoir que j’avais fait demi-tour, que j’aurais vu le massacre de la colline et aurais tenté d’y revenir pour apporter mon aide. Quoique les Volturi m’auraient sans doute chassée à travers le monde si je n’avais été présente… Les idées s’embrouillaient et je ne pouvais plus penser : le chagrin était trop grande, la colère immense, l’incompréhension sans limite.

Ses bras toujours passés autour de mon corps meurtri par tant de douleurs psychiques, mais je ne pouvais l’en éloigner, je n’en avais plus la force. Supporter tout ce malheur était au-dessus de ce que je pouvais endurer. Pendant des années j’avais fui mon passé, mes souvenirs de cette nuit-là où tous avaient péri : un miracle semblait s’être produit lors de ce bal et pourtant je me demandais à présent s’il ne s’agissait pas plutôt d’un cauchemar. Pourtant ce cauchemar, c’était ma vie : depuis le jour où j’avais été transformée chaque seconde avait été une véritable lutte, un combat pour conserver mon âme et non pas aspirer les sentiments qui agitaient les autres et qui pouvaient me corrompre, me faire perdre l’esprit même… Devenais-je folle ? Perdais-je pied ?

C’est à ce moment où je commençais à dériver que mon cœur sembla se libérer quelque peu. Je relevai la tête et les paupières closes de Nathaniel me laissèrent à penser qu’il tentait de faire taire ces propres émotions, les vampires en étaient capables du moins en partie mais il ne pouvait masquer l’amour qui le gagnait peu à peu et qui me fit à nouveau détourner mon visage du sien. Son amour passionnel était trop grand, il avait toujours dévorer le mien et je crois que c’est pour cela que je n’avais jamais su si ce que je ressentais était sien ou mien : malheureusement lorsque j’avais voulu m’éloigner pour le savoir, alors ma famille avait été supprimée… Avais-je été punie de n’avoir pensée qu’à moi et d’avoir cherché à connaitre mes véritables sentiments ? Je croyais en la destinée et elle m’avait condamnée à l’errance, la solitude,…

Après mon interpellation à propos de notre père, je sentis une douce caresse frôler ma joue qui aurait été baignée de larmes si jamais l’une d’elles avait bien voulu être versée.

- Eléanore, regarde-moi s’il te plait …

Son regard chercha le mien, mais je ne pouvais me résoudre à affronter celui que je ne savais plus si je devais le considérer comme un sauveur ou un traitre, un altruiste ou un égoïste.

-Tu ne crois pas que j’y ai pensé, que j’ai essayé ?… En vain. Les Volturi m’ont gardés enfermé pendant longtemps et à plusieurs reprises lorsqu’Aro sentait mon envie de m’évader plus pressante, de la même façon j’ai souhaité tellement de fois mourir au cours d’une de mes missions, mais encore une fois en vain. Quant aux fois où je me suis ouvertement rebellé, je fus à nouveau enfermé et menacé de ta mort si je n’obéissais pas. Aussi horrible que ce soit, j’avais à nouveau ta vie ou ta mort entre les mains … Me concernant les Volturi étaient résolus à me laisser la vie sauve. Pourquoi ? Par pur sadisme ou pour la valeur de mon don ? Je ne le sais guère et je ne m’y intéresse guère. Maintenant si tu penses que cette captivité, que ces décennies d’emprisonnement et d’esclavage ont été de gaîté de cœur, si tu appelles ça rejoindre leur cause … Alors accuse moi ouvertement de traitrise, dit-il tandis qu’une colère infâme m’envahissait tant que j’aurais sans doute pu le tuer d’une simple gifle sous l’impulsion de cet énervement intense qui se joignait à ma haine troublée. Je ne voulais pas te replonger dans cet enfer, lequel nous a coûté notre famille, alors j’ai tout fait pour te l’éviter. Ta colère est légitime, mais je pense que tu ne l’adresse pas vers la bonne personne. Je ne prétends pas avoir bien agi, mais peut-être même que Père lui-même n’aurait su quoi faire … Maintenant il est trop tard pour le savoir. Si tu penses qu’il est si facile d’avoir la vie de quelqu’un entre ses mains …

Et voilà qu’aujourd’hui, j’étais là tremblante dans les bras de celui qui m’avait créé et qui me jurait avoir voulu me sauver alors qu’il avait également scellé le destin tragique de notre famille. Thomas, Catherine, Marc, Amélie, Sophia,… Ma Sophia, ma création et surtout ma sœur adorée… Tous avaient péri dans les flammes lors de cette soirée macabre, dans le sang et les cris d’effroi. Leurs hurlements… Un sanglot me secoua, Nathaniel s’était éloigné de moi en direction de la fenêtre toute proche. Et moi inanimée, fantôme affligé par des années d’une existence gâchée, j’étais là assise sur le sol froid et dur. Chaque parcelle de mon corps me semblait trop lourde à porter, chaque émotion était une nouvelle torture.

Que répondre à ce que mon créateur venait de dire ? Qu’aurais-je fait à sa place ? Je n’aurais su le laisser mourir moi non plus… *Non Eléanore, arrête de suite de penser à cela… Nathaniel n’a pas fait ce qu’il fallait, il t’a laissée seule, sans nouvelle pendant des années…* Mes pensées dépassant le carcan de mon esprit, je lui lançai alors avec une colère qui allait crescendo :

- Sans te reprocher la mort des nôtres, as-tu seulement pensé à ce que j’ai vécu pendant ce siècle qui s’est écoulé ? As-tu pensé à la douleur qui m’a envahi quand ces monstres volturiens ont égorgé notre frère, décapité nos sœurs et brûlé vif nos parents ? As-tu songé à ce vide immense qui m’a engloutie toute entière quand je me suis crue seule au monde ? As-tu seulement imaginé que je passais mon existence dans la peur qu’on me traque, qu’on me retrouve et qu’avant de me tuer on me torture pour m’être échappée ?

L’expression qu’affichait Nathaniel, je ne pouvais la distinguer. Visiblement, il voulait me cacher ce qu’il ressentait, me cacher ce qu’il pensait réellement de cette situation, de ce qui nous avait séparé… J’étais furieuse de cet air dédaigneux qu’il prenait en se dissimulant ainsi à ma vue, ma mine rivée en sa direction j’attendais un mouvement de lui, une parole qui me prouverait qu’il ne se détournait pas de la responsabilité qu’il avait envers mes années d’errance et de terreur : rien ne vînt pourtant. Pas un mot, pas un signe, pas même un regard,…

Mon corps sembla alors se soulever seul, comme par enchantement. Une force nouvelle venait de m’habiter, celle qui anime les personnes désespérées, ces êtres qui se battent pour survivre… Mes pas nerveux me portèrent jusqu’à Nathaniel dont j’attrapais le bras pour l’obliger à se tourner vers moi quand je lui disais déjà :

- Pourquoi ne m’avoir jamais rejoint ?

Mes yeux trahissaient la haine noire qui se battait avec l’amour qui continuait de brûler dans mon cœur, il m’avait abandonnée, trahie, plongée en enfer : il n’avait plus le droit de m’aimer ou peut-être était-ce moi qui n'avait su le retenir...


***************************

Ma couleur rp : indianred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retrouvailles sous le sceau du secret... [Pv Eléanore et Nathaniel] Sam 19 Nov - 20:08

    La silhouette tremblante d’Eléanore lui brisait le cœur et l’inquiétait, ses pensées commençaient à devenir floues tendit qu’il pressait ses mains sur ses yeux.
    De la lente agonie qui reprenait au sein de son esprit, il fut tiré par la voix d’Eléanore, à présent déformée et chargée de colère, apparemment en quête de réponse à un abominable dilemme faisait lieu dans son esprit torturé par la souffrance :

    - Sans te reprocher la mort des nôtres, as-tu seulement pensé à ce que j’ai vécu pendant ce siècle qui s’est écoulé ? As-tu pensé à la douleur qui m’a envahi quand ces monstres volturiens ont égorgé notre frère, décapité nos sœurs et brûlé vif nos parents ? As-tu songé à ce vide immense qui m’a engloutie toute entière quand je me suis crue seule au monde ? As-tu seulement imaginé que je passais mon existence dans la peur qu’on me traque, qu’on me retrouve et qu’avant de me tuer on me torture pour m’être échappée ?


    Tendit qu’elle prononçait ces mots, Nathaniel pouvait sentir se poser sur lui son regard glacial et chargé de chagrin, attendant sans doute un quelconque signe, une approbation, une réaction …

    Toujours placé face à la fenêtre, le temps de rassembler ses esprits afin de formuler un semblant de réponse à son interlocutrice, il fut tiré de sa torpeur par une main lui saisissant le bras, et saisissant par la même occasion son attention de par la question qui s’en suivit :

    - Pourquoi ne m’avoir jamais rejoint ?


    Bien que le jeune homme n’avait pas d’aptitude particulière pour la télépathie, l’empathie ou pour un autre don de ce genre, il pouvait néanmoins voir ce qui se terrait dans le regard d’Eléanore : un regard, chargée d’une colère noire, de tristesse, et contre toute attente d’un autre sentiment qui rendait les deux autres plus douloureux encore à supporter pour ce cœur si meurtri : de l’amour?


    Malgré le self contrôle qu’il avait développé à travers la souffrance toutes ces années durant à servir les Volturi, il n’y tenait plus. Nathaniel ne pouvait plus faire face à ses sentiments compliqués, mêlant tristesse et culpabilité, la peine qu’il avait à savoir sa bien aimée dans un tel état de souffrance, et la stupeur encore plus grande dans laquelle il venait de plonger. Il s’attendait à beaucoup de choses, mais certainement pas à cette question qui la trahissait, qui trahissait l’amour qu’elle espérait à avoir auprès d’elle tout autant que la dévorante solitude qu’elle subit les décennies et les siècles passants.

    Il choisit pourtant de répondre d’abord au flot de questions dont elle l’avait inondé précédément et auquel elle ne lui avait pas laissé le temps de répondre. Cette manœuvre visant sans doute, à trouver quelque chose de cohérant et de profond à répondre à sa dernière question…

    -Eléanore, durant toutes ces années je n’ai eu de cesse de penser à toi et au si lourd fardeau que tu as dû te retrouver à porter. Je ne peux prétendre avoir été à ta place, pourtant j’ai eu tellement peur moi aussi, tellement peur que mes bourreaux ne tiennent pas leurs engagements et te retrouve …



    Il prononça ces mots lentement, avec le plus de calme possible. Même s’il n’avait pas été tout à fait honnête avec elle au part avant, les aveux de peur que laissait échapper sa bouche n’en étaient que sincères : jamais il n’aurait voulu se montrer si vulnérable face à elle, et encore moins en pareille situation.


    Maintenant la dernière question à laquelle il se devait de répondre, tâchant d’enfermer au plus profond de son être la peine et la tristesse que ces mots et que les pensées qu’elles lui évoquaient, provoquaient chez lui.

    -Je … Ce cruel dilemme m’a hanté tant d’années, pourtant maintenant je pense avoir trouvé la réponse. Je l’ai tellement voulu, j’ai tellement désiré me retrouver auprès de toi après toutes ces souffrances mon aimée. Mais, je n’aurais plus eu le droit de dire que je t’aime.

    -Comme je te l’ai dis, j’ai été très étroitement surveillé, parfois même enfermé par précaution, m’empêchant de te rejoindre. Mais quelque part, ce fut un mal pour un bien. J’ai eu le temps d’y réfléchir, de penser à ce que cet acte aurait pu impliquer : si je l’avais fais, tu aurais couru un risque démesuré, rendant toutes les souffrances dont tu as été victime absolument vaines et dénuées de sens.

    -J’en ai été malade d’avoir ta vie entre mes mains Eléanore, je ne pouvais pas reproduire une telle abomination, ce n’était pas la bonne chose à faire dans ton intérêt. Je suis désolé.




    Ne sachant comment Eléanore allait réagir à sa réponse, il était néanmoins certain cette fois ci de deux choses : de l’honnêteté de sa réponse, et que ce fut le bon choix qu’il fit pour tenter de préserver ce qu’il était resté de bien être à sa bien aimée...

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Retrouvailles sous le sceau du secret... [Pv Eléanore et Nathaniel]

Revenir en haut Aller en bas

Retrouvailles sous le sceau du secret... [Pv Eléanore et Nathaniel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (Ref 2685) TENUE Péril sous la mer / Undersea Danger Set
» Secret Story Portugais.
» [Lambesc, Claude] Plus belle la vie (Le secret du Mistral)
» Bunker secret sous la gare de l'est
» [Brisou-Pellen, Evelyne] Un si terrible secret

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilight rpg - Chapitre 5, Lunaison :: Archives et Corbeille :: Twilight Lunaison : Saison 1 :: Rps Terminés :: Rps dans le contexte-